Elections départementales dans le Puy-de-Dôme : ces candidats du Rassemblement national qui ne montrent pas leur visage

A quelques jours du 1er tour des élections départementales, les affiches de campagne sont en place dans les cantons du Puy-de-Dôme. Dans le département, le portrait de plusieurs candidats du Rassemblement national ne figure pas sur les affiches. Certains opposants parlent de candidats "fantômes".

Dans le canton des Martres-de-Veyre, dans le Puy-de-Dôme, c'est Marine Le Pen qui figure sur les affiches de campagne des candidats du Rassemblement national.
Dans le canton des Martres-de-Veyre, dans le Puy-de-Dôme, c'est Marine Le Pen qui figure sur les affiches de campagne des candidats du Rassemblement national. © K. Tir / FTV

Dimanche 20 juin, les électeurs sont invités à voter pour le premier tour des élections départementales. Dans plusieurs cantons du Puy-de-Dôme, certains habitants ont pu être surpris de ne pas voir figurer les photos des candidats du Rassemblement national sur les affiches de campagne. En lieu et place, c’est la présidente du mouvement, Marine Le Pen, qui apparaît. Stéphane Force, porte-parole du RN dans le Puy-de-Dôme et candidat sur le canton de Clermont-Ferrand 1, se justifie : « Il y a des photos qui n’ont pas été correctes et qu’on n’a pas pu utiliser pour l’imprimerie. Ces photos n’étaient pas exploitables. Il y a des candidats qui ont voulu envoyer leurs photos par Internet et qui n’ont pas été utilisables. Les photos ont été faites à Clermont-Ferrand et il y a des gens qui habitent à plus de 100 km, qui n’avaient pas envie de se déplacer. Ce problème est tout à fait fortuit. Ce n’est pas qu’ils ne veulent pas s’afficher puisqu’ils indiquent leur nom. Mettre un nom c’est plus important qu’une photo ».
 

Les gens qui ont l’habitude de voter pour le Rassemblement national vont continuer à le faire 

Selon lui, les électeurs ne vont être nullement déboussolés par cette absence de photos : « On est dans une campagne cantonale et non nationale. Marine Le Pen est affichée lorsque les photos n’ont pas pu être utilisées. Ce n’est pas elle qui va se présenter. Il y a des électeurs qui sont convaincus car on a des quantités d’adhésions depuis un mois, et je peux vous dire que c’est important. Ca prouve qu’il y a un phénomène qui se passe non seulement sur le plan régional mais national. Les gens qui ont l’habitude de voter pour le Rassemblement national vont continuer à le faire ».

Je ne sais pas quelle est l’utilité de ces candidatures un peu fantômes

Sur Twitter, Flavien Neuvy, candidat d’union au centre et à droite dans la canton de Cébazat, s’est étonné de cette bizarrerie. Il écrit : « Du coup aux cantonales j’affronte Marine Le Pen. Ceci dit elle est candidate dans les 31 cantons du Puy-de-Dôme. Comment des gens peuvent voter pour des candidats fantoches ? ».


Contacté, il confirme : « Je suis dubitatif. Ce sont des candidats qui n’existent pas, les électeurs ne les connaissent pas. Ce sont juste 2 noms collés sur une affiche, sous la photo de Marine Le Pen. Ce sont des prête-noms. C’est assez étrange pour des élections aussi importantes d’avoir des candidats qui ne montrent pas leurs photos. On ne sait pas qui ils sont. Vis-à-vis des électeurs c’est un peu un manque de respect car c’est une élection de proximité. On a des candidats qui ne font pas campagne. Je ne sais pas quelle est l’utilité de ces candidatures un peu fantômes ». Il ajoute : « J’espère que les électeurs en tiendront compte. C’est la démocratie, ils ont le droit d’être candidats. Mettre la photo de Marine Le Pen n’est pas illégal. C’est aux électeurs de faire leur choix en toute connaissance de cause. On ne vote pas pour Marine Le Pen à cette élection, on vote pour des candidats, qui s’ils sont élus, devront siéger au Département. Ils devront se montrer à visage découvert. Ils ne pourront pas juste être des élus fantômes. J’ai lu que certains candidats du RN préféraient garder une forme d’anonymat parce qu’il pouvait y avoir une forme d’agressivité. Mais que se passe-t-il s’ils gagnent ? Ils se cachent ou ils vont siéger ? Je me pose la question ».

Des candidats qui s'interrogent

Sur le canton des Martres-de-Veyre, nulle trace des photos des candidats du RN sur les affiches et les tracts de campagne. Gilles Pétel, candidat de l’Union de la gauche, explique : « Je l’interprète comme des candidatures qui ne sont pas des candidatures cantonales. Ce sont des candidatures qui veulent représenter en théorie le RN, mais elles ne prennent pas en compte le territoire du canton et les habitants du canton. Ils sont plus sur une dynamique nationale que sur une dynamique départementale. On a reçu les professions de foi et les candidats n’y figurent pas non plus. Il y a la photo de Marine Le Pen. On n’a aucune photo des candidats. Le message est signé Marie Le Pen. Ce n’est pas la première fois. Pour les cantonales 2015, on avait déjà le même binôme RN sur le canton. Il proposait le même type d’affiche. Si mes renseignements sont bons, ces personnes n’habitent pas sur le canton. Les électeurs n’avaient pas été tant déboussolés. Le RN avait fait 18% ». ll poursuit : « On ne les voit absolument pas en campagne. C’est un affichage sur une politique nationale RN. Si les candidats n’existaient pas, à la limite, ce ne serait pas bien grave. Ils font campagne pour Marine Le Pen dans l’optique de 2022 ».

On se dit que ce sont des candidats fantoches

Arthur Defond est le candidat Divers gauche dans le canton des Martres-de-Veyre. Lui non plus ne comprend pas cette absence de photos : « Ils sont absents des affiches mais aussi de leurs tracts. On se dit que ce sont des candidats fantoches. En faisant quelques recherches, on s’est aussi aperçu qu’ils ne vivent pas sur le canton. Ils vivent à Thiers et à Vic-le-Comte. C’est autorisé. Ce ne sont pas de réels candidats. Ils voulaient proposer un binôme dans tous les cantons. Ils ne font pas campagne. On ne les voit jamais sur le terrain ». Il enchaîne : « Se présenter comme candidat sans vouloir se montrer est assez éloigné de la raison pour laquelle on se porte candidat. On n’ose pas assumer sa propre candidature finalement. On trouve que se présenter de cette manière est irrespectueux vis-à-vis des électeurs. Ca répond à une question de transparence».

On a eu des pressions

Aude Chabanol, candidate RN dans le canton des Martres-de-Veyre avance 2 explications : « Je travaille pour une collectivité territoriale. Je ne sais pas si ça serait bien venu que je me montre en photo. Pour mon colistier, c’est pareil, son épouse a un poste à responsabilités dans le social et on nous a demandés d’être très discrets. On a eu des pressions. Il y a 6 ans non plus, on n’avait pas de photos et ça s’était très bien passé. Je fais les démarches dans mon canton et je dis qui je suis. J’ai un T-shirt qui montre bien qui je suis quand je fais du porte-à-porte. Je ne me cache pas. De plus, à cause du COVID, on n’a pas pu se rendre aux premières séances photo car il fallait faire plus de 10 km. J’habite à 35 km de Clermont-Ferrand et je ne pouvais pas m’y rendre ». Elle précise : "Je vis à Orléat mais mon petit copain vit aux Martres-de-Veyre, j'y suis souvent. J'ai un pied-à-terre là-bas, je mange là-bas et je dors là-bas".
A défaut de pouvoir mettre un visage sur un nom, les électeurs de certains cantons du Puy-de-Dôme devront donc se contenter de candidats qui avancent masqués. Pour ces élections, le Rassemblement national présente des candidats dans les 31 cantons du département.

Les candidats dans les cantons cités
  • Cébazat

M. Gabriel FENAILLE et Mme Frédérique LEYMONIE (DVG)
Mme Colette BETHUNE et M. Flavien NEUVY (UCD)
M. Jean-Pierre CHABOISSIER et Mme Maryvonne OLLIER (RN)

  • Clermont-Ferrand 1

M. Chrif BOUZID et Mme Nathalie ROUX-DOMINGET (DVC)
M. Stéphan FORCE et Mme Annick PLATTEAUX (RN)
Mme Valérie BERNARD et M. Alexandre POURCHON (UG)
Mme Salima ALIOUI et M. Amine Xavier CHAABANE (DVD)
M. Louis COUSTES et Mme Fabienne MONTEL (LR)
Mme Mélanie REHLINGER et M. Steven SEKSEK (EXD)

  • Les Martres-de-Veyre

Mme Aude CHABANOL et M. David MALLET (RN)
M. Arthur DEFOND et Mme Juliette LANOS (DVG)
M. Gilles PETEL et Mme Catherine PHAM (UG)

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections rassemblement national