Foire à l’ail de Billom (Puy-de-Dôme) : les gardes à vue sont prolongées

Après les faits de violence qui se sont déroulés dimanche 11 août, à Billom, dans le Puy-de-Dôme, lors de la foire à l’ail, les gardes à vue des personnes interpellées ont été prolongées. Une personne a été libérée mais une autre a été interpellée. / © Dominique FAGET / AFP
Après les faits de violence qui se sont déroulés dimanche 11 août, à Billom, dans le Puy-de-Dôme, lors de la foire à l’ail, les gardes à vue des personnes interpellées ont été prolongées. Une personne a été libérée mais une autre a été interpellée. / © Dominique FAGET / AFP

Après les faits de violence qui se sont déroulés dimanche 11 août, à Billom, dans le Puy-de-Dôme, lors de la foire à l’ail, les gardes à vue des personnes interpellées ont été prolongées. Une personne a été libérée, mais une autre a été interpellée. L’enquête est toujours en cours. 

Par Aurélie Albert

Les gardes à vue se poursuivent après les violences qui sont intervenues dimanche 11 août pendant la foire à l’ail de Billom, dans le Puy-de-Dôme. Deux suspects sont toujours auditionnés mardi 13 août. 

Les faits se sont déroulés aux alentours de 16 heures dimanche 11 août. Plusieurs jeunes faisaient des dérapages contrôlés avec leur voiture à proximité de l’une des entrées de la foire à l’ail. Deux agents de sécurité bénévoles sont allés les voir pour leur demander de se calmer. Les jeunes repartent, mais reviennent quelques minutes plus tard, cette fois avec des armes de type barres de fer, pistolet « lance-fusées de détresse », et bombe à poivre. 
 

 

Des jeunes connus des forces de l'ordre 

Dans l’altercation, deux agents de sécurité bénévoles ont été blessés : l’un a été « gazé » par la bombe à poivre, ce qui lui a entraîné un jour d’ITT (incapacité totale de travail), l’autre a été blessé à la main après avoir reçu des coups, ce qui a occasionné trois jours d’ITT. 

Deux personnes ont été interpellées dimanche soir. Un troisième s’est présenté de lui-même aux forces de l’ordre quelques heures plus tard, mais a été relâché lundi. Les deux autres sont toujours en garde à vue, et une troisième personne a été interpellée. Il s’agit de jeunes âgés de 19 à 28 ans, deux d’entre eux étaient déjà connus des services de police. 

L’enquête est toujours en cours. 

Sur le même sujet

Les + Lus