Inondation dans le Puy-de-Dôme : reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour 2 communes

Samedi 24 octobre, 2 communes du Puy-de-Dôme ont obtenu la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour les inondations et coulées de boue survenues les 12 et 13 juin 2020. Les assurés ont dix jours pour reprendre contact avec leur compagnie d’assurances.

Deux communes du Puy-de-Dôme ont obtenu la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle pour les inondations survenues les 12 et 13 juin 2020.
Deux communes du Puy-de-Dôme ont obtenu la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle pour les inondations survenues les 12 et 13 juin 2020. © Bruno Levesque/MAXPPP
En raison des phénomènes d’inondations et coulées de boue qui se sont produit les 12 et 13 juin derniers, 2 communes du Puy-de-Dôme bénéficient d’une reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle ce samedi 24 octobre. « L’arrêté interministériel INTE2023938A du 14 septembre 2020, portant reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle, est paru au Journal Officiel du 24 octobre 2020 », précise la préfecture dans un communiqué. Les communes concernées sont les suivantes : Brassac-les-Mines et Nonette – Orsenette.

Un phénomène récurrent à Brassac-les-Mines

Les assurés ont dix jours à partir du 24 octobre 2020, pour reprendre contact avec leur compagnie d’assurances. L’assureur doit verser les indemnités dans un délai de trois mois, à compter de la réception de la première estimation des dégâts ou de la date de parution au Journal Officiel. A Brassac-les-Mines, les intempéries avaient été anticipées : « On attend 60 centimètres d’eau ce soir sur la route de Mejecoste. On a prévenu les habitants par SMS et on attend 21 heures pour voir ce qu’il en est. Nous avons également fait évacuer une personne handicapée qui avait déjà dû être relogée lors de la précédente inondation, pour anticiper », affirmait alors Yves-Serge Croze. Depuis les inondations de 2019, un système d’alerte à la population par SMS a été mis en place par la mairie.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
inondations météo