Puy-de-Dôme : la CGT porte plainte après le suicide d’un employé de Constellium

Mardi 30 juin, la CGT a annoncé à Clermont-Ferrand qu'elle portait plainte contre la société Constellium, après le suicide d'un salarié en 2013 sur le site d'Issoire dans le Puy-de-Dôme. La plainte vise notamment la direction pour des faits de "harcèlement moral" et "homicide involontaire".
 

Le site de Constellium à Issoire dans le Puy-de-Dôme emploie 1 600 salariés.
Le site de Constellium à Issoire dans le Puy-de-Dôme emploie 1 600 salariés. © Sandrine Montero / FTV
A Clermont-Ferrand, mardi 30 juin, le syndicat CGT a annoncé qu’il portait plainte contre le fabricant de produits en aluminium Constellium. Cette plainte intervient après le suicide d’un salarié en 2013 à Issoire dans le Puy-de-Dôme. Elle vise la société Constellium ainsi que le directeur de l'usine, qui emploie 1 600 salariés, et le directeur des ressources humaines pour des faits de "harcèlement moral" et "homicide involontaire", ont indiqué des responsables syndicaux lors d'une conférence de presse. Elle a été déposée par la fédération CGT-Métallurgie ainsi que plusieurs structures locales du syndicat. Jointe par l'AFP, la direction n'a pas souhaité réagir.

Un suicide en 2013

Le 10 septembre 2013, Mathieu Lebre, un salarié de 31 ans travaillant dans l'usine d'Issoire s'était suicidé chez lui, après une altercation avec un autre salarié qui avait conduit au licenciement de ce dernier. La famille avait porté plainte contre les représentants de la CGT qu'elle accusait d'avoir harcelé la victime. Le syndicat dénonçait à l'époque une nouvelle organisation du travail à laquelle se serait plié Mathieu Lebre. La plainte a été classée sans suite mais après une nouvelle plainte avec constitution de parties civiles, et malgré un avis de non-lieu du parquet, trois salariés, dont le secrétaire CGT de l'entreprise, ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel. La date du procès n'est pas encore connue. La famille de la victime a déposé une nouvelle plainte mi-mai, cette fois contre la direction de Constellium. "La CGT se saisit de cette demande pour porter plainte également contre la direction qui doit être mise en cause", a déclaré Dominique Holle, représentant de l'Union départementale CGT du Puy-de-Dôme. "Dans cette affaire, l'enquête a été menée à charge contre la CGT alors que l'inspection du travail et un rapport du cabinet Secafi avaient remis en question la nouvelle organisation du travail" instaurée à partir de 2011, a ajouté M. Holle.

Une méthode importée du Japon

Selon la plainte, consultée par l'AFP, cette méthode appelée "Lean" et importée du Japon, "a dégénéré pour aboutir à des explications verbales virulentes au sein des équipes et entre les équipes" et "l'employeur n'a pris aucune mesure sérieuse pour garantir la sécurité psychologique de son personnel". La plainte évoque des "manquements" des dirigeants "ayant conduit à une dégradation des conditions de travail". Six salariés de l'usine se sont donné la mort entre 2011 et 2015, soit cinq fois plus que la moyenne nationale sur la période, a indiqué M. Holle. Le transformateur d'aluminium, héritier de l'ex-fleuron industriel français Pechiney, avait été rebaptisé Constellium en 2011 après un changement d'actionnaires.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter