Dans le Puy-de-Dôme, le combat de bénévoles pour préserver la faune locale

Des bénévoles réunis à la Maison de la nature, à Issoire (Puy-de-Dôme), tentent de préserver les espèces auvergnates comme les chauves-souris. (Photo d'illustration) / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
Des bénévoles réunis à la Maison de la nature, à Issoire (Puy-de-Dôme), tentent de préserver les espèces auvergnates comme les chauves-souris. (Photo d'illustration) / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Le Puy-de-Dôme accueille plusieurs espèces rares de reptiles et chauves-souris. Des espèces parfois braconnées ou chassées car elles bénéficient d'une mauvaise image. Des bénévoles réunis à la Maison de la nature, à Issoire, tentent de les préserver.

Par MT avec Laurent Pastural

"Les reptiles ne font pas de cris, de bruits ni de chants. Ce sont des heures de marche, de champs, il faut s'aiguiser l'œil", explique Samuel Gagnier, l'un des quarante bénévoles de l'ORA, l'Observatoire des reptiles d'Auvergne. Créée il y deux ans, cette association s'est fixée pour ambition d'inventorier les reptiles sur le territoire auvergnat pour tenter ensuite de mieux protéger ces espèces en déclin.

Pour faciliter la détection des reptiles dans les secteurs d'observation, Samuel Gagnier dispose tous les 50 mètres des plaques qu'il viendra inspecter au printemps. "En se servant des plaques, ils vont pouvoir se chauffer tout en restant à l'abri des prédateurs. Les gens ne les aiment pas, ils ne les connaissent pas. Dès que l'on apprend à les connaître un peu plus, on se rend compte qu'ils ne sont pas si méchants."

Lutte contre le braconnage


Quatre associations naturalistes viennent de s'installer dans les anciens locaux de la Communauté de communes des Coteaux de l'Allier désormais intégrée à l'Agglo Pays d'Issoire. Et parmi ces associations, la Passerelle Conservation. Il s'agit d'un fonds de dotation créé en 2013 par le Parc animalier d'Auvergne et Julien Pierre, l'ancien deuxième ligne de l'ASM. Son objectif est de récolter des fonds pour des programmes de sauvegarde d'espèces menacées. La Passerelle finance par exemple le salaire de deux gardes forestiers engagés dans la lutte contre le braconnage des pandas roux.

"Ce n'est pas seulement de la conservation de l'animal pur et dur. C'est aussi intégrer les hommes qui sont autour et qui vivent avec ces espèces pour qu'il n'y ait pas de braconnage", explique Cécile Saba, membre de la Passerelle Conservation.

La Maison de la nature accueille également le Groupe mammalogique d'Auvergne qui étudie les mammifères, les auteurs des images du retour du chat sylvestre dans notre région.

Lilian et Florence de Chauve-Souris Auvergne en compagnie de Cécile de La Passerelle Conservation dans la nouvelle Maison de la nature à Orbeil. / © Laurent Pastural - France 3 Auvergne
Lilian et Florence de Chauve-Souris Auvergne en compagnie de Cécile de La Passerelle Conservation dans la nouvelle Maison de la nature à Orbeil. / © Laurent Pastural - France 3 Auvergne

Préserver les chauves-souris


Cette nouvelle maison héberge aussi Chauve-Souris Auvergne. Nous les avions filmé lors d'une opération de recherche de chiroptères doublée d'une sensibilisation de la population. Favoriser la cohabitation entre les hommes et les chauves-souris, c'est justement le travail de Florence Crombecque :

"Les personnes arrivent avec énormément d'anxiété. Souvent une première conversation téléphonique permet de rassurer. J'ai beaucoup de familles qui prennent énormément de plaisir à attendre le soir qu'elles sortent pour les compter et guetter le moment où il y en a un tout petit peu plus parce que les bébés sont arrivés."

Tous ces amoureux et défenseurs de la nature vont donc désormais travailler plus facilement ensemble. La Passerelle Conservation finance ainsi des travaux de rénovation dans une gare du Cantal pour favoriser le maintien d'une population de chauves-souris.

Dans le Puy-de-Dôme, le combat de bénévoles pour préserver la faune locale
Le Puy-de-Dôme accueille plusieurs espèces rares de reptiles et chauves-souris. Des espèces parfois braconnées ou chassées car elles bénéficient d'une mauvaise image. Des bénévoles réunis à la Maison de la nature, à Issoire, tentent de les préserver. - France 3 Auvergne - Laurent Pastural, Christophe Jouvante, Didier Robert

 

Sur le même sujet

François Hollande dans l'Allier : "je me situe au niveau des grands enjeux"

Les + Lus