Le député du Puy-de-Dôme André Chassaigne demeure chef de file des communistes à l’Assemblée

Plus sur le thème :

Les communistes lui ont à nouveau fait confiance : le député du Puy-de-Dôme André Chassaigne reste chef de fil du groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l’Assemblée Nationale. A ses côtés, 12 communistes et 6 ultramarins.

Son franc-parler et son investissement pour la ruralité en ont fait une figure incontournable de la politique locale : le député du Puy-de-Dôme André Chassaigne, 71 ans, a été reconduit mercredi 22 juin à la tête du groupe de la Gauche démocrate et républicaine à l'Assemblée nationale, qui compte 12 communistes et six ultramarins, a-t-on appris de source parlementaire. Cet ancien professeur de Lettres et d'Histoire-géo puis principal de collège, au verbe haut et à la moustache fournie, préside depuis 2012 ce groupe, qui a pu être reformé en 2017 et cette année aussi, en dépassant le seuil minimal de 15 membres. Le numéro un du PCF Fabien Roussel l'avait adoubé mardi, disant son souhait qu'André Chassaigne, "celui qui connaît le mieux le fonctionnement de cette maison" Assemblée, reste à sa tête.

"Quatre groupes au sein de l'Assemblée seront plus forts qu'un seul" 

Le groupe GDR, avec ses "deux composantes -celle des députés communistes et celle des députés des Outre-mer- aura vocation à s'exprimer au sein de la gauche unie à l'Assemblée nationale, en toute indépendance, et dans le respect de la singularité politique de chacun de ses membres", disait récemment M. Chassaigne. Il a, comme les autres alliés de l'alliance de gauche Nupes, rejeté l'idée d'un groupe unique, mise sur la table lundi par Jean-Luc Mélenchon pour ne pas laisser le RN être le premier groupe d'opposition. "Quatre groupes au sein de l'Assemblée seront plus forts qu'un seul" et la "seule boussole" doit être "l'intérêt pour le peuple de gauche", a justifié M. Chassaigne. Au sein du groupe communiste, certains sont cependant proches des insoumis, comme Sébastien Jumel et Elsa Faucillon. André Chassaigne avait concouru face à M. Mélenchon pour être le candidat du Front de gauche à la présidentielle de 2012, et leur inimitié est notoire.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité