Mégabassines dans le Puy-de-Dôme : "Aucune plante ne peut pousser sans eau", défend Sylvain, agriculteur

Beaucoup de personnes s’opposent aux projets de mégabassines, pourtant, certains agriculteurs ont donné leur aval. Sylvain Deloche, secrétaire général de la FNSEA 63, explique pourquoi il défend ces retenues d’eau agricoles géantes.

Ce samedi 11 mai, plusieurs milliers de personnes étaient réunies dans le Puy-de-Dôme pour s’opposer au projet de construction de deux mégabassines dans la région. Ils ont dénoncé les projets de construction de deux réserves d'eau, l'une de 14 hectares, l'autre de 18, destinées à irriguer 800 hectares agricoles dans la plaine de la Limagne, où est implanté Limagrain, qui n'est autre que le 4ᵉ semencier mondial. Sylvain Deloche est agriculteur et secrétaire général de la FDSEA du Puy-de-Dôme. Il estime que l'usage des mégabassines est vital pour l'avenir de l'agriculture. Il explique pourquoi.

Question : "Ces retenues d’eau, êtes-vous pour ? Si oui, pourquoi ?"

Sylvain Deloche, secrétaire général de la FDSEA 63 : Oui, je suis pour tous les types de stockage d’eau, que ce soient les retenues ou les grands barrages. Avec le changement climatique, on va avoir des périodes avec beaucoup de précipitation comme ces derniers mois, et des périodes avec des sécheresses sévères comme l’été dernier. Le principe des retenues et des barrages est de remplir quand il y a de l’eau en abondance et de s’en servir l’été quand on manque d’eau.

Question : Ne trouvez-vous pas que les tailles de ces retenues d'eau sont surdimensionnées ?

Sylvain Deloche, secrétaire général de la FDSEA 63 : Non. La taille est adaptée aux besoins des agriculteurs locaux. Il ne faut pas oublier que lorsqu’elles sont pleines, elles ne représentent que 0.1% du volume total qui passe en une année dans la rivière Allier.

Question : Que répondez-vous à ceux qui dénoncent un “agribusiness” ?

Sylvain Deloche, secrétaire général de la FDSEA 63 : C’est complètement faux. Lorsque les projets de stockage se mettent en place, l’ensemble des agriculteurs de la zone sont consultés. Il y a 100 agriculteurs sur le périmètre qui ont été consultés, seuls 36 ont décidé d’adhérer à ce projet. Il ne faut pas oublier que l’eau utilisée par “l’agrobusiness” sert à fournir l’alimentation pour tous.

Question : Est-ce une solution pérenne ? D’autres solutions sont-elles possibles à l’avenir ?

Sylvain Deloche, secrétaire général de la FDSEA 63 : Ce n’est qu’une partie d’un projet global de stockage d’eau. Il faut envisager en parallèle la construction d’un voire plusieurs barrages pour stocker l’eau de l’ensemble des utilisateurs, que ce soit l’agriculture, l’industrie ou les milieux naturels.

Question : La rivière Allier est également utilisée pour l’eau potable. N’y a-t-il pas un risque pour l’usage de cette eau par la population ?

Sylvain Deloche, secrétaire général de la FDSEA 63 : Non. Il existe des critères de pompage. Il ne doit pas se mettre en route s’il n’y a pas au moins 47.5 mètres cubes par seconde dans la rivière Allier. Ça ne pénalise donc pas le pompage de l’eau potable.

Question : Selon les organisateurs, il y aurait eu 6 500 personnes présentes ce samedi 11 mai pour protester contre ces deux projets de mégabassines. Que cela vous évoque ?

Sylvain Deloche, secrétaire général de la FDSEA 63 : Ils ont fait valoir leurs droits à manifester. Le vrai sujet est : "Pourquoi l’agriculture a besoin d’eau ? . C’est simple car aucune plante ne peut pousser sans eau. Avec les épisodes de sécheresse mais aussi de pluie intense que l’on connaît, il faut pouvoir garder l’eau pour pouvoir l’utiliser quand il fait sec.

Question : Avez-vous envisagé de cultiver des plantes alternatives, peu gourmandes en eau, telles que le sorgho ?

Sylvain Deloche, secrétaire général de la FDSEA 63 : Nous produisons ce que les gens consomment. Pour deux raisons : premièrement, cela nous permet de vendre nos récoltes et deuxièmement d'éviter l'importation de produits non conformes à nos normes de production. Si un jour la consommation évolue, nous suivrons le mouvement.