Pas de neige dans le Sancy (Puy-de-Dôme) : « On fait comme on peut »

A une semaine des vacances de février, le faible enneigement à Super-Besse dans le Sancy (Puy-de-Dôme) commence à préoccuper les professionnels de la station de ski. Les semaines à venir représentent en effet plus de 60% de l’activité de cette station.

Pour les apprentis skieurs, c’est un dimanche presque comme les autres. À Super-Besse, station de ski du Puy-de-Dôme, face à une neige de plus en plus rare, les moniteurs de l’ESF doivent s’adapter. Didier Chauveroche, moniteur ESF, explique : « On essaye de trouver des petits coins de piste qui n’auraient pas été trop skiés. On fait comme on peut mais ce n’est pas évident. »

Des clients satisfaits malgré tout

Si pour ces professionnels la situation commence à devenir préoccupante, du côté des skieurs, la douceur est loin de gâcher le plaisir. « Il n’y a pas beaucoup de neige mais c’est quand même agréable, il y a quelques pistes ouvertes et il fait beau. » Une maman ajoute : « Malgré le peu de neiges enfants ont pu apprendre à skier et les cours ont été maintenus. »

durée de la vidéo : 00h01mn52s
A une semaine des vacances de février, le faible enneigement à Super-Besse dans le Sancy (Puy-de-Dôme) commence à préoccuper les professionnels de la station de ski. Les semaines à venir représentent en effet plus de 60% de l’activité de cette station. ©France Televisions

La station est équipée de dix canons à neige performants qui assurent un enneigement minimum. Et donne l’assurance aux 70 moniteurs de pouvoir poursuivre leur activité. Jean-Michel Falgoux, directeur de l'ESF, indique : « On a des pistes rouges, bleues et vertes qui sont toujours en activité et on a toujours deux pistes qui descendent du sommet de La Perdrix, ce qui permet d’avoir un domaine assez important pour enseigner et satisfaire les clients. »

Les saisonniers sur le pont 

Une affluence maintenue qui profite également aux terrasses. Chez le restaurateur Julien Corny, employant une cinquantaine de personnes, qui réalise 80 % de son chiffre d’affaires en hiver, le manque de neige n’a pour le moment pas de conséquence. « Les saisonniers, tous ceux qu’on a embauchés, on les a gardés. On a bien travaillé les week-ends même si la semaine était plus chaotique. On a gardé tout le monde et on aura besoin de tout le monde pour les 4 semaines de congé. Même s’il n’y a pas beaucoup de neige, il y a quand même du monde dans la station. » Chacun désormais scrute la météo en prévision des 4 semaines de congé d’hiver. Elles représentent 60 % de l’activité annuelle de la station.

– Propos recueillis par Mathieu Verlaine pour France 3 Auvergne