Pollution : des mesures d’urgence dans le département du Puy-de-Dôme

Publié le
Écrit par R.B.
Le Puy-de-Dôme doit faire face à un épisode de pollution hivernale aux particules fines (PM10). Le seuil d’alerte de niveau 1 a été franchi et a incité la préfecture à prendre un certain nombre de mesures d’urgence. La vitesse réduite sur les routes du département.
Le Puy-de-Dôme doit faire face à un épisode de pollution hivernale aux particules fines (PM10). Le seuil d’alerte de niveau 1 a été franchi et a incité la préfecture à prendre un certain nombre de mesures d’urgence. La vitesse réduite sur les routes du département. © RICHARD BRUNEL / MAXPPP

Un nouvel épisode de pollution aux particules fines dans le département du Puy-de-Dôme a incité la préfecture à prendre des mesures.

Le Puy-de-Dôme doit faire face à un épisode de pollution hivernale aux particules fines (PM10). Le seuil d’alerte de niveau 1 a été franchi et a incité Philippe Chopin, le préfet du Puy-de-Dôme, a prendre un certain nombre de mesures d’urgence.

Vitesse réduite sur les routes

Dès ce samedi, les contrôles de pollution des véhicules sont renforcés et un abaissement temporaire de la vitesse de 20 km/h est instauré sur tous les axes routiers du département où la vitesse limite autorisée est supérieure ou égale à 90 km/h, pour tous véhicules à moteur. Par ailleurs, les axes dont la vitesse autorisée est égale à 80 km/h seront limités à 70 km/h.

Maîtriser son chauffage

La préfecture indique que la température des bâtiments doit être maîtrisée et réduite. Par ailleurs, l’utilisation du bois et de ses dérivés comme chauffage individuel d’appoint est interdite. Il est aussi préconisé un report des travaux d’entretien ou de nettoyage avec des outils non électriques ou avec des produits à base de solvants organiques (white-spirit, peinture, vernis). La mesure s’applique dans les espaces verts et jardins publics, mais également dans les lieux privés.

Les mesures s’étendent également aux établissements industriels à qui il est demandé de réduire les émissions de particules. Les opérations émettrices de COV ( composés organiques volatils) doivent être reportées à la fin de l’épisode de pollution : travaux de maintenance, dégazage d’une installation, chargement ou déchargement de produits émettant des composés organiques volatils en l’absence de dispositif de récupération des vapeurs, etc.  

Dans le secteur agricole, les écobuages et le brûlage des matières agricoles sont interdites et les dérogations pour ces pratiques sont suspendues. Le brûlage des sous-produits agricoles et forestiers est également interdit. La préfecture rappelle que par temps sec, le nettoyage de silos et des travaux du sol est reporté. Enfin, l’enfouissement immédiat des effluents est rendu obligatoire.

Les mesures concernent aussi les chantiers BTP et les carrières où les activités générant de la poussière doivent être réduites. L’usage des engins de manutentions thermiques doit être limité au profit d’engins électriques. Aussi, l’usage des groupes électrogènes n’est autorisé que pour satisfaire l’alimentation électrique d’intérêts essentiels, notamment de sécurité et enfin, les opérations émettrices de particules ou d’oxydes d’azote doivent être reportées à la fin de l’épisode en l’absence de dispositif de traitement adéquat.

Enfin , il est déconseillé aux personnes vulnérables d’exercer une activité physique intense.

La préfecture indique par ailleurs qu’ en cas de nouvelles dégradations de la qualité de l’air, de nouvelles mesures plus restrictives pourront être prises et notamment la mise en place de la circulation différenciée. La différenciation entre véhicules autorisés ou interdits à circuler s’appuie sur les certificats qualité de l’air appelés vignettes Crit’Air. Concrètement, durant les deux premiers jours de l’épisode de pollution, seuls les véhicules munis d’une vignette Crit’Air seront autorisés à circuler sur un périmètre défini. À partir du 3ᵉ jour, les véhicules sans vignette et de classe 4 et 5 ne pourront plus circuler. Le périmètre sera défini à chaque épisode en fonction de la situation.

L'Allier en vigilance jaune

Un épisode de pollution de l'air aux particules fines fait également l'objet de recommandations dans l'Allier. En effet, la préfecture invite les populations vulnérables (femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques), ainsi que les populations sensibles (personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics (par exemple : personnes diabétiques) à suivre les recommandations sanitaires et comportementales disponibles sur le site d'Atmo Auvergne-Rhône-Alpes

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.