Puy-de-Dôme : les préparatifs du tournage du film « Astérix et Obélix : l’Empire du Milieu » commencent au Guéry

Lundi 3 mai, l’agitation commence sur le plateau du Guéry, dans le Puy-de-Dôme. Les premiers barnums sont sortis de terre et le silence des montagnes est troublé par le fourmillement de centaines de techniciens, qui préparent le tournage du film « Astérix et Obélix : l’Empire du Milieu ».

Sur le parking des Roches Tuillière et Sanadoire (Puy-de-Dôme), se sont installés les barnums qui serviront au tournage du film "Astérix et Obélix : l'Empire du Milieu".
Sur le parking des Roches Tuillière et Sanadoire (Puy-de-Dôme), se sont installés les barnums qui serviront au tournage du film "Astérix et Obélix : l'Empire du Milieu". © S.Barlot/FTV

Impossible de passer à côté : sur la route du Mont-Dore (Puy-de-Dôme), quelques mètres avant le lac de Guéry, deux barnums géants sont sortis de terre. Le parking est transformé en locaux techniques où l’on trouve, entre autres, des centaines de costumes très réalistes, dont la production tient à garder les images secrètes afin de surprendre les spectateurs. Ce lundi 3 mai, des centaines de techniciens et costumiers s’affairent déjà à la préparation du tournage d’une grande scène de bataille pour le film « Astérix et Obélix : l’Empire du Milieu ». Le plateau du Guéry, lieu de tournage choisi par la production et le réalisateur Guillaume Canet, sera dès jeudi le décor d’un combat entre armées romaine et chinoise. Plusieurs centaines de figurants sont attendus dans les prochains jours, ainsi que des têtes d’affiche comme Gilles Lellouche ou encore Vincent Cassel.

Les habitants impatients

L’auberge voisine est, elle aussi, mise à contribution et se transforme pour quelques semaines en loges pour les comédiens. Mais avant l’effervescence, dans les rue de la Bourboule et du Mont-Dore, voisins du site de tournage, l’ambiance est plutôt calme. Pourtant, les habitants savent que quelque chose se prépare : « On en a entendu parler, bien sûr. C’est extraordinaire qu’il y ait ça ici. En plus, moi, je rêve de voir Zlatan Ibrahimović. Il ne sera peut-être pas là-haut, je ne sais pas. En période de confinement, il n’y a pas beaucoup d’échos dans le village. On a vu, il y a une dizaine de jours, ceux qui montaient la structure, mais ils n’avaient pas le droit de parler », confie Patricia, une habitante du Mont-Dore, impatiente de voir le film en salle pour admirer les paysages du Guéry « et voir Zlatan ! », plaisante la Montdorienne.

Ces paysages du Puy-de-Dôme ont séduit le réalisateur Guillaume Canet.
Ces paysages du Puy-de-Dôme ont séduit le réalisateur Guillaume Canet. © S.Barlot/FTV

"Ca va nous faire une belle publicité"

« Ca fait environ 3 mois que l’on sait qu’il y aura ce tournage. Ils sont venus faire les premiers repérages. On ne les a pas vus parce qu’ils sont restés très discrets », raconte François, un commerçant de bouche au Mont-Dore. « Ça va faire travailler les hôtels, même si pour nous les commerçants ça n’a pas beaucoup d’impact pour le moment, ça va nous faire une belle publicité », se réjouit François. En 30 ans de métier, il a vu souvent se dérouler des tournages dans les monts du Sancy : « Les paysages s’y prêtent, ils sont beaux. L’année dernière, Nekfeu avait fait un clip par exemple. Il y a souvent ce genre de choses. J’ai hâte de voir le film pour essayer de repérer les scènes tournées ici. J’espère qu’avec les images de synthèse on arrivera à reconnaître. Je crois qu’ils vont construire un décor de muraille de Chine, là-haut, et recréer le reste avec des logiciels ». Dans la ville la plus proche du lieu de tournage, on espère que ce coup de projecteur fera vivre le tourisme local.

"Ils cherchaient 300 chambres sur le Mont-Dore"

Certains habitants sont mieux informés sur les coulisses du tournage : c’est le cas de Marie Grasset, dans la confidence, en sa qualité de gérante de l’hôtel de Russie. Les 33 chambres de son établissement sont occupées par des membres de l’équipe de tournage, techniciens, maquilleurs ou coiffeurs. Ils resteront environ 3 semaines : « On a été contactés par la production il y a plusieurs mois, pour nous demander ce qu’on pouvait faire pour eux en termes d’hébergement et de repas. Ils cherchaient 300 chambres sur le Mont-Dore. On leur a fait un devis, et début avril, ils nous ont confirmé qu’ils réservaient bien toutes ces chambres », raconte Marie Grasset. La gérante a fait revenir son personnel en activité partielle pour accueillir au mieux ces clients particuliers. « C’est assez classique comme prestation, mais si on a des demandes spécifiques pour le tournage, on fera notre possible pour les satisfaire. Pour l’instant, ce n’est pas encore le cas mais ça peut arriver dans les jours qui viennent ».

L'hôtel consacré à l'équipe de tournage

La cuisine de l’hôtel a dû redémarrer afin de recevoir au mieux l’équipe de tournage, avec quelques ajustements : « On leur a fait un menu différent par jour pendant toute la durée du séjour avec le repas servi en chambre. Comme ils sont là 3 semaines, on a fait un menu dédié qui n’a rien à voir avec notre carte habituelle. Là-dessus, on a dû s’adapter », détaille Marie Grasset. Elle espère que ce séjour « leur donnera envie de revenir ». « Evidemment, on va aller voir le film ! », ajoute la gérante. « On est là pour répondre à leurs demandes. On est une dizaine en ce moment à travailler, entre les chambres, la cuisine et la réception. On est contents de les avoir sur cette période », précise Manar Aberran, assistante de direction. Pour ces invités spéciaux, elle a préparé une épicerie éphémère dans la salle de restauration, pleine de potions magiques du terroir, afin de ravitailler ces irréductibles Gaulois.

Dans cette épicerie éphémère, Manar Aberanne attend les équipes de tournage.
Dans cette épicerie éphémère, Manar Aberanne attend les équipes de tournage. © S.Barlot/FTV

Les premiers touristes intrigués

A la Bourboule, les habitants sont eux aussi enthousiastes : « Astérix, c’est toute mon enfance », plaisante l’un d’eux. Les premiers touristes venus profiter de la nature après le confinement ont également été intrigués par les barnums qui longent la route : « Je viens d’Alsace pour faire de la randonnée. Je pensais qu’il y avait un événement sportif. Je vais faire comme Astérix, découvrir les paysages ! Je vais regarder le film, comme ça je reverrai les paysages que j’aurai découvert », raconte Olivier, venu passer une semaine dans le Puy-de-Dôme. Jeudi, le reste de l’équipe encore en tournage à Paris ainsi que les comédiens et les figurants se rejoindront pour un combat entre les armées chinoise et romaine qui s’annonce épique, même si le ciel ne leur tombera (sûrement) pas sur la tête.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture le pays du grand sancy nature parcs et régions naturelles