• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Puy-de-Dôme : après le suicide de leur mère, deux frères ont voulu la “venger” en agressant leur beau-père

Deux frères ont été placés en garde à vue mardi 20 août après avoir une tentative d'agression sur leur beau père. Ils l'accusent d'être à l'origine du suicide de leur mère, retrouvée la même journée à Cournon (Puy-de-Dôme) / © DR
Deux frères ont été placés en garde à vue mardi 20 août après avoir une tentative d'agression sur leur beau père. Ils l'accusent d'être à l'origine du suicide de leur mère, retrouvée la même journée à Cournon (Puy-de-Dôme) / © DR

Le 20 août en fin d'après-midi un jeune homme armé d'un pistolet s'est rendu au domicile de son beau-père à Romagnat (Puy-de-Dôme). Ce dernier faisait l'objet d'une protection policière. Sur les lieux un gendarme a ouvert le feu ne faisant aucun blessé. Deux frères ont été interpellés. 

Par Mohamed Benmaazouz

Mardi 20 août, une habitante de Romagnat portée disparue depuis la veille a été retrouvée sans vie dans son véhicule utilitaire à Cournon (Puy-de-Dôme). C'est après un vaste dispositif mis en place par les gendarmes, que la femme de 56 ans a pu être retrouvée. Un hélicoptère d'Egletons a même été déployé. Après la découverte du corps sans vie, une autopsie est en cours afin de déterminer les causes du décès. Le parquet privilégie la piste du suicide. Les analyses toxicologiques pourraient mettre en évidence un mort suite à l'ingestion d'une quantité fatale de médicaments. A l'annonce de la mort de leur mère, deux frères se sont rendus au domicile du compagnon de la défunte. Selon eux, c'est ce dernier qui aurait poussé leur mère à commettre l'irréparable.

Un coup de feu tiré

A 17h30 l'un des fils de la défunte débarque au domicile de son beau-père sur le chemin de Prat, avec l'intention de la venger. Le suspect était armé d'un pistolet et a été prié de baisser son arme par un gendarme présent sur les lieux. En effet, le beau-père faisait l'objet d'une protection policière après l'annonce du suicide présumé de sa conjointe.
C'est par peur d'éventuelles représailles la gendarmerie a mis en place ce dispositif de sécurité. Refusant de se plier aux ordres du gendarme qui lui sommait à plusieurs reprises de jeter à terre son pistolet, le militaire a alors ouvert le feu en sa direction.

Il n'a pas été touché, et a dès lors pris la fuite. Avant d'être rapidement interpellé par les hommes du peloton de surveillance et d'intervention (Psig) de Clermont-Ferrand. Il a été placé en garde à vue au commissariat de Romagnat (Puy-de-Dôme). Aux alentours de 20h, l'un de ses frères, recherché lui aussi par les gendarmes s'est rendu aux forces de l'ordre. Il avait accompagné le suspect au domicile de leur beau-père. " Ils avaient le sentiment que le suicide de leur mère était lié au comportement de l'homme qui vivait avec elle " justifie le procureur de la République.

Plusieurs enquêtes ont été ouvertes à la suite de cette affaire. La première porte sur les circonstances, et les causes qui ont poussé cette femme de 56 ans à mettre fin à ses jours. Une deuxième enquête s'interessera également sur l'"arrivée armée des fils de la défunte" pour reprendre les termes du procureur. Un éclaircissement devra également être apporté quant au tir du gendarme."À chaque fois qu'un policier ou un gendarme tire un coup de feu on vérifie que des conditions strictes sont remplies pour vérifier qu'il n'y ait pas d'abus" ajoute le procureur Eric Mailhaud. 
 

Sur le même sujet

Drôme : centres de loisirs sous surveillance

Les + Lus