Puy-de-Dôme : les dangers de la baignade dans la rivière Allier

Avec les températures élevées, nombreux sont ceux qui sont tentés de se baigner dans la rivière Allier. Mais dans le département du Puy-de-Dôme qu’elle traverse, la baignade est interdite.
 
Dans le Puy-de-Dôme, un arrêté préfectoral de 1975 réglemente la baignade dans la rivière Allier.
Dans le Puy-de-Dôme, un arrêté préfectoral de 1975 réglemente la baignade dans la rivière Allier. © Julien Teiller / FTV
Dans le Puy-de-Dôme, une petite plage naturelle est nichée dans un méandre de la rivière Allier, entre Dallet et Mezel. L'endroit est parfait pour un plongeon dans les eaux tranquilles, en apparence, de la rivière. Arnaud, un baigneur, explique : « On vient là pour se détendre et prendre l’eau. Aujourd’hui, il fait bon et l’eau est super bonne. C’est sympa ». Benjamin affirme : « Il y a du courant et il faut faire attention quand même. Autrement, l’eau n’est pas très fraîche, elle est bonne. Je ne sais pas du tout si la baignade est autorisée, mais personne n’est venu donc je pense que c’est autorisé. Je ne sais pas du tout ».

Une baignade interdite

Quelques kilomètres en aval, sur la plage de Pont-du-Château, le maire confirme que la baignade y est interdite. Comme sur toute la partie puydômoise de la rivière, en vertu d'un arrêté préfectoral de 1975. Patrick Perrin, maire (SE) de Pont-du-Château, souligne : « On a cet arrêté préfectoral qui date de plus de 30 ans et depuis il n’y a rien eu. Les panneaux qui étaient là à l’époque ont tous été enlevés et depuis, aucune commune n’a remis les panneaux en place. Cela fait que les gens ne savent pas s’ils peuvent se baigner ou pas. Comme il n’y a pas de panneau d’interdiction, naturellement ils vont se baigner ». Ici, on songe donc à remettre des panneaux, et peut être à aménager un bassin naturel, hors du lit du cours d'eau.

Des eaux dangereuses

Dans le Puy-de-Dôme, 4 à 6 pompiers plongeurs sont de garde tous les jours. Ils interviennent régulièrement dans les eaux parfois dangereuses de l'Allier. L’adjudant Hervé Jaillot, chef d'unité plongeurs du SDIS 63, indique : « Vous allez trouver les zones planes et très tranquilles visuellement, mais quelques mètres plus bas vous pouvez avoir un pierrer (NDLR. Un amoncellement de pierres) ou un courant que vous ne voyez pas en surface, qui peut être juste le lit de la rivière et ensuite un rappel qui peut être une marche dans l’eau et qui peut amener vers des courants plus forts ». Hors des plages aménagées et surveillées, la baignade reste donc à vos risques et périls. Vous pouvez aussi choisir le canoë, pour apprécier la rivière en toute légalité.

Dimanche 19 juillet, à Moulins, un baigneur s'est noyé dans la rivière Allier. Son corps a été retrouvé par des plongeurs deux jours après l'accident. La substitut du procureur Audrey Galaud rappelle les dangers de la baignade dans l’Allier : « Je suis allée sur place cet après-midi. Les pompiers m’ont dit qu’à chaque virage de rivière, il y a toujours un moment où le courant va être plus fort et il revient sur lui-même. C’est là que les gens peuvent se faire entraîner. Quand ils ne sont pas de bons nageurs ou qu’ils paniquent, ils boivent la tasse. C’est un peu comme les baïnes ». La prudence est donc de mise si vous souhaitez vous baigner, en dépit des interdictions.
durée de la vidéo: 01 min 49
Puy-de-Dôme : les dangers de la baignade dans la rivière Allier ©France 3 Auvergne

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
noyade faits divers nature