Puy-de-Dôme : un maire roué de coups par un automobiliste

Lundi 18 novembre matin, Christian Arveuf, le maire de la commune de Lussat, dans le Puy-de-Dôme, a été agressé par un automobiliste. / © C. Lamorelle / France 3 Auvergne
Lundi 18 novembre matin, Christian Arveuf, le maire de la commune de Lussat, dans le Puy-de-Dôme, a été agressé par un automobiliste. / © C. Lamorelle / France 3 Auvergne

Lundi 18 novembre matin, Christian Arveuf, le maire de la commune de Lussat, dans le Puy-de-Dôme, a été agressé par un automobiliste. Une plainte a été déposée en gendarmerie.
 

Par Catherine Lopes

L’agression a eu lieu lundi 18 novembre, vers 8h45, à Lussat, dans le Puy-de-Dôme. Christian Arveuf, le maire (DVD) de la commune, raconte : « Je faisais le tour du village, comme je le fais couramment et j’étais en voiture. Arrivé à un rond-point, dans une zone limitée à 30 km/h, à proximité de l’école, une voiture m’a grillé la priorité, elle allait très vite. J’étais derrière elle, je lui ai fait des appels de phares afin de lui rappeler qu’elle roulait trop vite. L’automobiliste et moi sommes descendus de nos voitures. Je n’ai pas eu le temps de lui dire que j’étais le maire de la commune qu’il m’a donné des coups de poing à la tête. Je me suis retrouvé au sol, il m’a donné des coups de pied dans les côtes. Je n’ai pas eu le temps de me défendre. Deux riverains m’ont alors protégé. Une voiture s’est aussi arrêtée ».

Une plainte déposée

Après cette agression, Christian Arveuf, retraité, a consulté un médecin. Il souffre d’une grosse bosse à la tête, d’un hématome derrière l’oreille et a eu ses lunettes cassées. Il a déposé plainte à la gendarmerie de Pont-du-Château. Le numéro de la plaque d’immatriculation de la voiture de l’agresseur a été relevé par les riverains. Le maire, qui en est à son 5e mandat à Lussat, ne comprend toujours pas ce qui lui est arrivé : « Cette agression est le reflet d’une société de plus en plus violente. La personne en face de moi n’était pas dans son état normal, elle était agressive. Elle m’a frappé sans que je lui dise que j’étais le maire ».

Un individu interpellé 

Un individu soupçonné d'être l'auteur de l'agression a été interpellé, ce mardi 19 novembre, à son domicile de Loubeyrat (Puy-de-Dôme).

L'homme, âgé de 33 ans, aurait été identifié grâce au relevé de sa plaque d'immatriculation.
 
 

Différents soutiens apportés

A la suite de cet évenement, Christian Arveuf a reçu le soutien de la préfète du Puy-de-Dôme, ainsi que de plusieurs élus, comme Cyril Cineux, adjoint à la mairie de Clermont-Ferrand, ou Eric Gold, sénateur du Puy-de-Dôme.

Sur Twitter, André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme, a parlé d’un « acte intolérable » et a indiqué : « A quelques mois des prochaines élections municipales, la multiplication des actes de violence à l’égard des élus locaux dans le cadre de leurs fonctions témoigne d’une dangereuse remise en cause de leur action au service du vivre-ensemble et de l’intérêt général ».
Christian Arveuf, après son agression, s’est rendu à Paris au congrès des maires de France.

 

Sur le même sujet

Les + Lus