Dans le Puy-de-Dôme, la pluie inquiète les agriculteurs : « C’est presque pire qu’une année sèche »

Les jours passent et se ressemblent : dans le Puy-de-Dôme, le mauvais temps s'installe. S’il agace les touristes, du côté des agriculteurs il est synonyme d'inquiétude. Car cette météo retarde le calendrier des récoltes.
Dans la plaine de la Limagne, dans le Puy-de-Dôme, les agriculteurs scrutent la météo.
Dans la plaine de la Limagne, dans le Puy-de-Dôme, les agriculteurs scrutent la météo. © Anthony Capra / FTV

Dans le Puy-de-Dôme, dans la plaine de la Limagne, depuis un mois la pluie tombe encore et encore. Sur les plantations d'un agriculteur de Beauregard-l'Evêque, il est tombé 300 ml d'eau. Une météo nuisible à la récolte du blé et qui a un impact financier pour les céréaliers. Jean-François Couturier, agriculteur, explique : « C’est principalement la qualité du produit qui risque d’être complètement détérioré et de ne pas passer en panification. Le blé qui était censé faire de la farine pour les humains va probablement être dégradé en qualité fourragère pour les animaux. Financièrement, pour les exploitants ça peut représenter un quart, un tiers, voire la moitié de perte de chiffre d’affaires ».
 

durée de la vidéo: 01 min 51
Dans le Puy-de-Dôme, la pluie inquiète les agriculteurs : « C’est presque pire qu’une année sèche »

Des éleveurs préoccupés

Des conséquences qui touchent aussi les éleveurs. Habituellement, à Cisternes-la-Forêt, Thierry Chirol a ses 70 hectares de fourrage entièrement ramassés à la fin du mois de juin. Mais à cause des précipitations la récolte est impossible et la qualité de la nourriture se détériore. Thierry Chirol, producteur de lait, souligne : « On voit que la parcelle est gorgée d’eau. Les vaches piétinent l’herbe et la souillent. Après, elles ne veulent plus la consommer. Il y a énormément de marchandises de perdue. C’est presque pire qu’une année sèche. Paradoxalement les années humides comme celle-ci sont très souvent difficiles pour produire du lait de qualité et faire en sorte que les bêtes s’alimentent normalement ». Avec leurs récoltes endommagées les agriculteurs subissent la météo  mais ne s'avouent pas vaincus et attendent impatiemment le retour du soleil.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
météo agriculture économie