Cet article date de plus de 6 ans

Réforme territoriale. André Vallini: "Nous pensons que la carte à 13 régions est équilibrée et cohérente"

André Vallini, secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale, était l'invité ce matin d'Europe 1. Il est revenu en détail sur le projet de loi de délimitation des régions. Il s'est également exprimé sur les régionales de 2015 et le sort du dernier otage français, Serge Lazarevic. 
© Europe 1
Interviewé ce matin sur les ondes d'Europe 1, André Vallini, le secrétaire d'Etat chargé de la Réforme territoriale, a défendu mardi la nouvelle carte "cohérente" à 13 régions rétablie par l'Assemblée après modification par le Sénat, et assuré que le gouvernement entendait assouplir le droit d'option pour les départements.

"Nous pensons que la carte à 13 régions est cohérente, qu'elle a son équilibre", a déclaré M. Vallini sur Europe 1 alors que l'Assemblée examine la réforme mardi en seconde lecture.

Le secrétaire d'Etat a de nouveau plaidé pour "moins de régions et surtout des régions plus fortes avec plus de compétences économiques. C'est la volonté du gouvernement pour faire des régions françaises des moteurs de développement économique, comme les régions allemandes, italiennes".

"Notre volonté au gouvernement, comme au Sénat et à l'Assemblée nationale, est d'assouplir le droit d'option, c'est-à-dire permettre plus facilement qu'aujourd'hui à un département de changer de région. Il faudra malgré tout demander l'avis à la région que l'on veut quitter, pas par un référendum mais par un vote à la majorité qualifiée", a également déclaré André Vallini, soulignant que "peu de départements sont concernés".

"L'autre objectif de cette grande réforme, après la compétitivité économique, c'est la clarté, savoir qui fait quoi, que les citoyens puissent s'y retrouver, à quoi servent nos impôts, où vont-ils, que financent-ils, qui les utilise", a développé l'ancien sénateur de l'Isère.

"On parle de deux, voire trois régions" pouvant être conquises par le Front National, a également déclaré l'Isérois, interrogé sur la menace que constitue le FN pour les prochaines élections régionales de décembre 2015. "La menace est réelle, il faut la craindre, la redouter mais surtout la combattre, expliquer que les solutions du Front National sont de mauvaises solutions".

L'Isérois s'est exprimé sur la situation de l'otage français Serge Lazarevic. Le seul otage français encore détenu dans le monde est apparu dans une vidéo diffusé lundi soir par le groupe islamiste al-Qaida au Maghreb islamiste (Aqmi). 

"L'Etat fait le maximum tout les jours pour faire libérer Serge Lazarevic. Mais il le fait sans publicité, sans bruit. Car le bruit ne fait pas de bien dans ce genre de circonstances' a-t-il déclaré ce matin avant d'ajouter que "l'appel de Lazarevic a été entendu, la République n'abandonne aucun de ses enfants."

Interview d'André Vallini sur Europe 1

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réforme territoriale politique terrorisme