Retraites : nouvelles actions d'avocats à Lyon et Valence

Les avocats du Barreau de Lyon en grève ... (13/1/20) / © F.Gramond
Les avocats du Barreau de Lyon en grève ... (13/1/20) / © F.Gramond

Les avocats du barreau de Lyon ont procédé, ce jeudi, à un dépôt massif de demandes de mise en liberté pour protester contre la réforme des retraites, tandis que leurs collègues de Valence ont veillé au palais de justice.

Par S.M. avec AFP

Une centaine de robes noires arborant le rabat rouge, symbole du mouvement de protestation, ont déposé quelque 180 demandes pour des clients en attente de jugement, "tous présumés innocents", auprès des juges d'instruction du tribunal demande instance de Lyon, ce jeudi. Des actions similaires ont déjà eu lieu dans d'autres barreaux de France, à Paris et Marseille notamment.

"La plupart de ces demandes devraient être rejetées. L'idée, c'est ensuite de faire appel devant la chambre de l'instruction qui sera débordée car ils ont déjà la tête sous l'eau, et qui fera remonter la situation à la Chancellerie", explique Me Jean-François Barre, président de la commission pénale du barreau de Lyon.

Dans la file d'attente qui s'allonge devant les cabinets d'instruction au 4e étage du TGI, des avocats estiment que les magistrats de première instance n'auront même pas le temps de traiter leurs demandes dans les délais impartis.

Autre représentante du barreau, Me Carine Monzat insiste sur le fait que la réforme des retraites touchera en premier lieu "ceux qui gagnent le moins", en particulier "les avocats du secteur aidé, qui assistent les plus démunis". "Si on double nos cotisations, on disparaît car on ne va pas doubler nos honoraires pour compenser. Que diraient nos clients ?", souligne-t-elle, ajoutant que l'action du jour vise aussi à dénoncer le "manque de moyens de la justice".

Vendredi, les avocats lyonnais annoncent "une marée noire" à l'audience solennelle de rentrée du TGI.

Une veillée au tribunal de Valence

Mobilisation aussi mercredi soir à Valence, où environ 80 avocats ont passé le début de nuit dans le palais de justice. Dans la salle des pas perdus, des exemplaires du Code pénal, au sol, étaient disposés en forme de cercueil avec des bougies.

Un quart des avocats de Drôme-Ardèche étaient présents mais le bâtonnier de Valence, Me Thierry Chauvin, assure que tous soutiennent le mouvement. "Je ne sais pas ce qu'il se passe dans les cabinets mais au niveau des juridictions tout est bloqué", a-t-il affirmé.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus