Réveillon du nouvel an : les autorités remercient "les concitoyens pour leur civisme" en Isère, Savoie et Haute-Savoie

Toute la nuit, les forces de l’ordre ont procédé à des opérations de contrôle pour faire respecter le couvre-feu. Dans les Alpes, les habitants ont joué le jeu et très peu de verbalisations ont été dressées.

Sur les bords du lac du Bourget, une quinzaine de gendarmes ont contrôlés les automobilistes vendredi soir.
Sur les bords du lac du Bourget, une quinzaine de gendarmes ont contrôlés les automobilistes vendredi soir. © Y-M. Glo / France 3 Alpes

"Vous avez une pièce d’identité s’il vous plaît ?".  À 21h 30, sur les bords du lac du Bourget, une quinzaine de gendarmes contrôlent les automobilistes, encore nombreux à circuler. Mais tous sont parfaitement en règle. "J’ai fini le travail à 20 heures et là je rentre chez moi", explique l’un d’entre eux.

"Globalement, la population en Savoie respecte les consignes qui ont été données, affirme le lieutenant-colonel Frédéric Avy, commandant en second groupement de Gendarmerie de Savoie. Je ne m’attends pas à croiser énormément de gens cette nuit, pourtant nous sommes là pour nous assurer que personne ne circule sans être en règle".

 

200 gendarmes et policiers déployés en Savoie

À Chambéry, un peu plus tôt dans la soirée, le maire et le préfet avaient donné le ton d'une soirée particulière. 76 caméras et une dizaine de policiers municipaux ont surveillé la ville, toute la nuit en soutien à la police nationale. Au total, 200 gendarmes et policiers ont également été déployés dans les communes et les stations de ski du département. Bilan en Savoie : les rues ont été très vite désertées et les verbalisations assez rares.

 

Peu de verbalisations

En Haute-Savoie, 800 représentants de forces de sécurité étaient mobilisés. Les mesures ont été bien respectées par les habitants. Selon la préfecture, seules 75 personnes auraient été verbalisées à l’échelle du département pour non-respect du couvre-feu.

 

Même constat en Isère, où cette soirée atypique s’est déroulée dans le calme malgré quelques feux d’artifices tirés dans l’agglomération grenobloise. "Il y a aussi eu quelques tirs de mortiers dans différents coins du département, précise Denis Bruel, directeur de cabinet du préfet de l’Isère. Mais dans l’ensemble, ce réveillon a été très calme par rapport aux années précédentes. Nous remercions nos concitoyens pour leur civisme". La Préfecture indique qu’il n’y a pas eu de violence envers les forces de l’ordre et que très peu de voitures ont été brûlées. Toutefois les verbalisations ont été plus nombreuses qu'en Haute-Savoie : au moins 200 personnes ont été sanctionnées pour non respect du couvre-feu. 

 

Les autorités des trois départements ajoutent également qu’aucune soirée clandestine avec des regroupements massifs de personnes n’a été signalée.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société confinement nouvel an événements