Bron (Rhône) : 3500 baptêmes de l'air pour les enfants malades et toujours la même émotion

L'association "Les ailes du Petit Prince" organise deux fois par ans depuis 1998 des vols avec des enfants hospitalisés, souffrants ou en situation de handicap. Ce dimanche 29 août, le temps semble s'être arrêté pour 70 familles accueillies par les équipes logistiques et les pilotes bénévoles.

"C'est une bonne manière de faire connaître l'aviation et d'offrir du rêve dans le quotidien de ces enfants et de leurs familles" Philippe Guet, le président de l'aéroclub du Grand Lyon, est ce jour là parmi les pilotes bénévoles et s'apprête à accueillir ses passagers. Juste le temps d'expliquer que dimanche 29 août, ils seront 70 enfants à faire leur baptême de l'air en décollant de l'aéroport de Lyon-Bron, dans le Rhône. Pour animer l'opération, plusieurs clubs et 120 personnes sont mobilisées coordonnées par l'association "Les ailes du Petit Prince". 

Sur les traces d'Antoine de Saint-Exupéry 

L'idée est née en 1998, pour célébrer le centenaire de l'aviation avec la complicité des descendants d'Antoine de Saint Exupéry, des pilotes ont voulu lancer cette chaîne de solidarité. Depuis, des centaines de bénévoles se mobilisent pour animer deux rendez-vous par an.

Cette année Gabriel Cora, 5 ans, est monté à bord de l'avion d'Axel Sagnier. Le petit garçon ne parle pas, car il est atteint du syndrome d'Angelman, un déficit intellectuel et moteur sévère, qui le prive du langage. Pourtant tous les deux à bord semblent s'être très bien compris. "J'ai l'habitude de transporter des passagers même des enfants. Je trouve que Gabriel a été très à l'aise! Il n'avait pas peur et dès le roulage il avait l'air très heureux." Un bonheur que partage son père, Alexandre Cora : "Je suis très content pour mon fils, c'est génial ce qu'ils font pour les enfants." Le papa avoue s'être réveillé ce matin avec un mélange d'excitation et d'appréhension. "J'étais un peu angoissé quand l'avion a décollé" reconnaît-il, "mais tout s'est bien passé." 

Des rêves de gosses... pour les pilotes aussi

Coté pilote, à vrai dire, les mots manquent un peu: le jeune instructeur de 27 ans participe pour la première fois à l'opération. "En fait je suis très ému!" reconnait-il. "L'aviation c'est une histoire de passion, alors si on peut la transmettre c'est génial." Quand on le remercie, il s'en remet aux petits princes qu'il fait voler aujourd'hui: "c'est les enfants qu'il faut féliciter! C'est eux qui ont le courage de monter à bord et à la limite j'ai l'impression que je suis aussi content qu'eux !" 

Une journée hors du temps pour les familles

Au total, 3500 enfants ont pu toucher le ciel et au fil des années, leurs frères et soeurs et leurs parents ont été associés à l'aventure.  "Quand on a commencé à faire voler les enfants, les frères et soeurs restaient derrière les grilles sur le tarmac. Petit à petit on a intégré les familles dans la démarche. Et aujourd'hui on a crée le "village du Petit Prince", une série d'activité surprises pour que toute la famille puisse profiter de cette journée", raconte Jean Philippe Mayol président de l'association “Les Ailes du Petit Prince” Une journée hors du temps, la tête dans les nuages et les pieds sur terre, comme un certain bonhomme à la tête blonde, si cher à Antoine de Saint Exupéry. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société santé aviation économie aéronautique