"Cette année ça va être très dur" : à Givors (Rhône), les musulmans se préparent à un deuxième ramadan en confinement

Pour la deuxième année consécutive, les mosquées devront rester vides à l'heure de la rupture du jeûne du ramadan, couvre-feu oblige. A Givors les fidèles se préparent et tentent de prévenir l'isolement des plus fragilisés. 

© Pascal Deloche/picture-alliance / Godong/Newscom/MaxPPP

Le ramadan 2021 débute le mardi 13 Avril et pour la deuxième année consécutive les rituels devront s'adapter aux contraintes sanitaires à Lyon, comme partout dans la région Auvergne-Rhône-Alpes et en France. 

Traditionnellement, chaque soir les mosquées organisent des ruptures collectives du jeûne "Iftars" rassemblant des centaines de personnes lors des prières et des repas. Mais cette année, comme en 2020, le Conseil Français du Culte Musulman appelle à préférer les "repas préemballés et distribués selon un mode défini par les pouvoirs publics locaux". 

2 personnes le soir dans la mosquée contre 2500 les autres années 

A Givors, dans le Rhône Abdelhamid Kisrane, le recteur de la Mosquée ne mâche pas ses mots : "Cette année ça va être très dur! Habituellement c'est un grand rassemblement des familles, et rien que chez moi, nous serons trois personnes autour de la table...au lieu de 13 avec mes enfants et petits-enfants!" regrette-t-il. A la veille du premier soir de fête, sa voix résonne au téléphone dans la mosquée. Dans l'édifice, les soirées de ramadan rassemblent jusqu'à 2500 personnes mais cette année, ils sont deux avec le trésorier de l'associtation, à préparer des colis alimentaires pour les familles les plus démunies. 

Permanences téléphoniques et colis alimentaires 

"Le nombre de familles défavorisées a clairement augmenté et nous livrerons au moins 21 familles par jour dès ce soir" explique le président de l'association des musulmans de Givors. Une commission sociale, réunissant cinq personnes a été créée pour dresser un état des lieux et repérer les personnes les plus en difficulté dans différents quartiers de la ville. "Nous pensons notamment aux femmes et aux étudiants qui souvent n'osent pas demander de l'aide" précise Abdelhamid Kisrane. Deux numéros de téléphone de permanence ont été mis en place pendant la période du ramadan pour répondre aux questions des fidèles et tenter de ne pas faire de cette période un mois qui accentuerait le sentiment d'isolement de nombreuses familles. 

Dans un communiqué, le CFCM invite à "Accepter dans la paix et la sérénité les contraintes liées à la pandémie. Quelle que soit l’évolution de la crise sanitaire que nous traversons, nous devrons nous hisser individuellement et collectivement à la hauteur du défi qu’elle nous impose.  Nous devrons bâtir ensemble des solutions alternatives qui nous permettront de vivre, dans la joie et l’espérance, ces moments importants de notre calendrier spirituel". 

Pas de dérogation pour les prières du soir 

Concernant les temps de prière, La Préfecture du Rhône précise que les attestations permettent de dépasser le rayon de 10 km pour rejoindre un lieu de culte en journée mais aucune dérogation n'a été autorisée dans le cadre du couvre-feu. Aucune prière du soir ne pourra donc avoir lieu collectivement après 19 heures. 

Le Ramadan devrait s’achever le 13 mai 2021 après 4 semaines de jeûne et de prières. "On a un espoir, une petite lueur" s'autorise le recteur de la mosquée de Givors. "Peut-être que d'ici là, le couvre feu sera levé et que nous pourrons fêter l'Aid El Fitr dans de bonnes conditions." 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société ramadan