Covid-19 : "pour les plus de 80 ans, c’est évident, il y a un bénéfice indéniable de recevoir cette quatrième dose" soutient l'immunologue Stéphane Paul

Publié le
Écrit par Faustine Magnetto .

Le ministre de la Santé Oliver Véran a recommandé une quatrième dose de vaccin pour les plus de 60 ans alors que la circulation du Covid-19 reste soutenue.

1194 cas de Covid-19 pour 100 000 habitants en Auvergne-Rhône-Alpes contre 377 il y a un mois. On compte 131 personnes en réanimation dans la région. Si les chiffres restent inférieurs à ceux de la cinquième vague, la pandémie de Covid-19 se poursuit dans le pays.  

Au CHU de Saint-Etienne, le professeur Stéphane Paul, immunologue et membre du comité scientifique vaccin, a répondu aux questions de la rédaction sur l’importance de cette quatrième dose.   

Cette quatrième dose devient-elle nécessaire ?

Elle est nécessaire pour des populations très à risque. Ce sont les données issues notamment d'Israël qui l’indiquent pour des personnes de plus de 80 ans et ce sont d’ailleurs les recommandations européennes.

On voit qu’effectivement leur immunité baisse et plus vite que chez les autres. Ils sont moins bien protégés des formes sévères. Cette recommandation a du sens pour les personnes les plus à risque de faire des formes sévères.  

Pour les moins de 60, faut-il envisager de se faire vacciner ?

Il n’y aucune recommandation pour le moment et aucune donnée qui indique que c’est nécessaire. D’ailleurs, sur la population des 60 à 80 ans, les spécialistes sont un peu partagés car les données ne sont pas très convaincantes.

Pour les plus de 80 ans, c’est évident, il y a un bénéfice indéniable de recevoir cette quatrième dose. Pour les 60 à 80 ans c’est un peu plus discutable et encore moins pour les moins de 60 ans.

Souhaitez-vous le retour à certaines mesures, par exemple comme le port du masque obligatoire voire le pass vaccinal ?

Cela dépend de qui on parle. Encore une fois, il faut être logique. Pour les gens très à risque, il faut qu’ils se protègent avec le masque et la vaccination.

Ce qu’on voit aussi c’est que cette vague actuelle est plutôt en train de ralentir en ce moment. Les données montrent qu’effectivement on a peut-être atteint un pic pour cette vague BA2 du variant Omicron.

On se rend compte aussi que les vagues sont de plus en plus courtes et de moins en moins dangereuses sur la population. C’est un peu ce qu’on attendait avec un virus qui s’atténue de plus en plus.

Il faut juste être logique et se protéger quand on est à risque de faire des formes sévères. Il faut se vacciner encore une fois si on est à risque de faire des formes sévères. Je pense que ce n’est pas la peine d’aller au-delà de ces obligations.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité