Cet article date de plus de 6 ans

Dans les Monts du Lyonnais, le cinéma itinérant est bien vivant !

En Rhône-Alpes, 18 circuits de cinéma itinérant permettent, chaque année, l'accès à la culture à environ 250 000 spectateurs lors de 6000 séances proposées! Un chiffre en augmentation constante grâce à la mobilisation de plusieurs centaine de bénévole et au passage au numérique


L'itinérance est dans les gènes du cinéma ...

Avant 1905 l’aménagement de salles spécialement consacrées au cinéma n'existait pas, cet art était était alors itinérant. Les premières projections cinématographiques se déroulaient, dans les foires, les vogues, les music-halls ou encore, les théâtres.
Avec l'arrivée des premières salles , le cinéma deviendra sédentaire sauf dans les campagnes où il demeurera ambulant. Les habitants des campagnes verront les films grâce au « tourneur » qui faisait le déplacement avec son appareil de projection, son écran et ses bobines.
Au milieu des années 1980, l’arrivée de projecteurs portables 35 mm, entraînent le passage du 16 mm au 35 mm. 

Et puis naquît l'ANCI

En 2010, les circuits itinérants de cinéma dans notre région, comme partout en France, souffraient d'une désaffection chronique du public... En cause, le format 35mm précisément! En effet, désormais peu de films se tournaient encore dans ce format et donc les choix pour les programmateurs de ces petites salles éloignées, étaient restreints. Les films disponibles n'étaient pas ceux attendus par le public. 
La toute jeune Association Nationale des Cinémas Itinérants (ANCI) s'empare alors de ce constat. Les fabricants de projecteurs numériques sont consultés par l’ANCI et la FNCF (Fédération Nationale des Cinémas Français), sur la base d’un cahier des charges rédigé par le CNC, des équipements adaptés aux spécificités et contraintes des circuits itinérants ont pu être identifiés et testés.
Le résultat positif de cette consultation permet au CNC (Centre National du Cinéma) d’ouvrir, sans attendre, l’aide à la numérisation des circuits itinérants. En effet le constat est simple: si les circuits itinérants représentent une faible part de la fréquentation cinématographique annuelle, ils jouent un rôle indispensable d’aménagement culturel du territoire. La solution technique est trouvée, reste alors à régler l'épineuse équation des financement car ce matériel est excessivement cher.
Le Centre National de Cinéma (CNC) créé en septembre 2010 Cinenum. Un dispositif de soutien financier à la numérisation des salles de cinéma qui ne sont pas susceptibles de recueillir suffisamment de contributions des distributeurs pour financer leur transition.

2012/2013... les cinémas itinérants amorcent le virage numérique

Dans notre région, dès 2013, le lancement de ce dispositif d’aide au financement par le CNC rencontre un soutien de la région Rhône-Alpes. Cette dernière Elle a ainsi participé, à hauteur de 243 000 €,  l’acquisition de 33 projecteurs numériques qui se déplacent dans 256 lieux sur notre territoire.

Dans les Monts du Lyonnais, le cinéma itinérant est bien vivant !



 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture vie associative société