Givors: le maire PCF de Givors soupçonné de prise illégale d’intérêts

Martial Passi, maire PCF de Givors, vice-président en charge des déplacements à la métropole de Lyon, est sous la menace d’une enquête de la brigade financière. Le parquet financier soupçonne l'élu de prise illégale d’intérêts peut-on lire dans les colonnes de nos confrères de Lyon Mag.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La justice s’intéresse de près aux conditions de nomination de sa sœur au poste de directeur général des services (DGS) de la ville de Givors, la fonction la plus haute que peut occuper un fonctionnaire dans une collectivité locale.
L'affaire remonte au mois d'août dernier, le parquet financier de Lyon ordonnait alors l’ouverture d’une enquête préliminaire à l’encontre de Martial Passi. La brigade financière enquêtait dans la sphère du maire communiste de Givors, elle le soupçonnait de prise illégale d’intérêts et de faux et d’usage de faux. Ce sont des documents transmis à la justice par Mohamed Boudjellaba, conseiller municipal d’opposition à Givors, qui ont éveillé les soupçons de la justice..
La nomination de la sœur de Martial Passi alors qu'elle est sa directrice de cabinet à la ville de Givors pose des problèmes administratifs de taille.

  • Comme le souligne Lyon Mag, le droit administratif proscrit tout cumul de fonctions entre la fonction de membre de cabinet et un emploi de fonctionnaire, ce qui est le cas pour la fonction de DGS d’une ville, au sein d’une collectivité territoriale.
  • La nomination à un poste du niveau de celui de DGS est soumis à un processus strict pour permettre plusieurs candidatures. Cependant, Martial Passi a annoncé que sa sœur allait occuper ce poste avant même le lancement de la procédure administrative.
Pour se défendre et éviter « tout soupçon de favoritisme », le maire communiste de Givors a précisé, lors d’un conseil municipal, qu’il avait fait appel à un cabinet de recrutement extérieur assisté d'un jury composé de trois élus de la ville de Givors et de lui-même.