Lyon : des visiteurs nus attendus à l’exposition "Hyperréalisme. Ceci n'est pas un corps"

Publié le

Pour une immersion garantie, il sera possible de visiter nu l’exposition "Hyperréalisme. Ceci n’est pas un corps" à la Sucrière ce vendredi 25 mars.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Oeuvre hyperréaliste ou non ? La distinction entre les vrais et faux corps sera au cœur de cette immersion insolite. Ce soir à la Sucrière, des visiteurs totalement nus déambuleront au sein de l’exposition « Hyperréalisme. Ceci n’est pas un corps » ce vendredi 25 mars.

L’idée de cette exposition est de « saisir au plus près l'âme des corps et ce qu’ils enveloppent comme histoire » précise Benoit Remiche, fondateur de Tempora, groupe instigateur de l’événement.

Ces visites insolites ont été imaginées par la société Tempura qui pilote l’exposition en partenariat avec la Fédération Française de Naturisme. Plus de 250 personnes se sont déjà inscrites et des créneaux ont été ajoutés face au succès du concept.

La visite est exactement la même à une exception près. Un espace est prévu pour que les personnes puissent se déshabiller et les smartphones sont interdits.

Rencontre entre l’hyperréalisme et le réel

Ce n’est pas une première pour les deux concepteurs de l’exposition Benoit et Raphael Remiche. A Liège et Bruxelles, ces visites avaient connu un franc succès. « Ce n’est pas systématique dans notre approche » assure Benoit Remiche. « Ici, on a trouvé que c’était justifié artistiquement. Il y a cette confrontation intéressante entre une représentation de la réalité et la réalité vivante. Cette rencontre donne à réfléchir » complète-t-il.

Une vision partagée par Ted Anspach de la Fédération Française de Naturisme : « Il y a une véritable concordance entre les œuvres d’art et nos corps. Quand on va déambuler, un dialogue va se créer avec les œuvres. Nu vous êtes complètement ouvert à recevoir de manière brute le message. C’est troublant, presque mystique, j’invite à vivre l’expérience ». 

Le naturisme urbain

Pendant des années, le monde du naturisme est resté fermé. Aujourd’hui, la fédération veut s’ouvrir et faire découvrir la pratique au plus grand nombre. Ces visites s’inscrivent dans le naturisme urbain, un mouvement qui prend de plus en plus d'ampleur. 

« La ville concentre beaucoup de violence. Dans cet espace, le naturisme a pour mission de retisser du lien, d’échanger d’humain à humain surtout après la crise sanitaire » insiste Ted Anspach.

Ces événements culturels alliés à la pratique du naturisme se multiplient en France. Niveau public, ils attirent des naturistes convertis, de plus en plus de jeunes qui viennent tenter l’expérience mais aussi des passionnés d’art. En France, on compte deux millions et demi de pratiquants selon la fédération.