Lyon : le toit du château du parc Blandan s'effondre, la métropole mandate un expert

Publié le

Il y a environ 2 semaines, une cheminée du château de la Motte (Lyon 7e), s'est effondrée, causant des dégâts sur le toit et le plancher du dernier étage. La Métropole de Lyon a mandaté une expertise judiciaire pour évaluer son niveau de responsabilité et ainsi que les travaux à entreprendre pour restaurer l'édifice.

Conçu entre le XVe et XVIe siècle, le château de la Motte de Lyon, c'est presque 500 ans d'histoire. Une histoire et un édifice qui vacillent aujourd'hui avec l'effondrement de l'une de ses cheminées début mai 2022, entrainant la chute d'une partie de la charpente. 

Le toit s'est effondré

Ce sont les riverains de la rue de l'Epargne qui ont remarqué un trou béant dans le toit. La Métropole de Lyon, propriétaire du lieu, a rapidement été prévenue. 

Béatrice Vesselier, adjointe EELV à l'urbaniste à la Métropole de Lyon, évoque "des intempéries en avril" qui seraient à l'origine de cet effondrement. "Une partie du bâtiment est en pizay, donc les pluies le fragilise" précise-t-elle.

Puisque le bâtiment est classé, un expert judiciaire a été mandaté. Il s'agit dans un premier temps d'établir les responsabilités de chacun (la Métropole ? L'entreprise de rénovation ? Un tiers inconnu ?). Ensuite, une expertise technique doit déterminer le meilleur moyen de consolider le château et réparer les dégâts. La procédure est obligatoire car le bâtiment est classé depuis 1983.

Projet de réhabilitation 

L'ancienne majorité métropolitaine, qui souhaitait transformer le château en un complexe hôtelier a dû laisser tomber à cause de la crise sanitaire.

C'est donc la nouvelle majorité écologique qui a pris la suite. Si ces dégradations, retardent simplement son aboutissement, "le projet n’est pas remis en cause", affirme Béatrice Vesselier. 

La vice-présidente à la Métropole de Lyon chargée de l'Urbanisme et du Cadre de vie assure qu'il est simplement repoussé de quelques mois et qu'un "promoteur qui a lui même déjà trouvé un exploitant" est sur le coup. 

Un lieu à l'histoire mouvementée 

Initialement, le lieu-dit de la Grande-Motte est conçu artificiellement à l'époque gallo-romaine, pour protéger des inondations et donner une meilleure visibilité et donc une meilleure défense à la ville de Lyon.

Il faut dire que le lieu est idéalement placé, au débouché des routes reliant Lyon aux Alpes, à l'Italie et à la Vallée du Rhône. 

Ce n'est qu'au XVe siècle que débute les travaux d'un Château, sous l'impulsion de la famille Villeneuve. Le domaine sera visité par deux fois par Marie de Médicis, épouse d'Henri IV, qui l'apprécie particulièrement. 

En 1791, le bien est vendu comme bien national à un privé. En 1821, son nouveau propriétaire est exproprié et 10 ans plus tard le Roi Louis-Philippe décide d'ériger autour du château un système de fortification afin de protéger la ville de Lyon. Lorsqu'une seconde ligne fortification sera édifiée, le Château de la Motte deviendra la La caserne Sergent Blandan. 

En 1943, elle prend le nom de Sergent Blandan, en hommage au soldat d'origine lyonnaise, mort un siècle plutôt en Algérie. Il était à la tête de 20 soldats quand 300 soldats arabes les ont attaqué. Il avait refusé de baisser les armes. 

En 1999, l'armée quitte définitivement les lieux. La Police investit alors l'édifice. En 2007, le Grand Lyon devient le nouveau propriétaire. Depuis, le château est fermé et vide et les travaux de réhabilitation ont débuté à la fin des années 2010.