11 novembre : Lyon célèbre le centenaire de l'armistice de la Grande Guerre

Lyon, le 11 novembre 2018... un siècle après l'armistice de la Grande Guerre / © D.Pajonk
Lyon, le 11 novembre 2018... un siècle après l'armistice de la Grande Guerre / © D.Pajonk

La ville de Lyon célèbre le centenaire de l'Armistice de la première Guerre Mondiale ce dimanche 11 novembre 2018. Il y a tout juste un siècle les armes se taisaient et les combats cessaient après plusieurs années de conflits et des millions de victimes.

Par Dolores Mazzola

Il y a tout juste cent ans, le 11 novembre 1918, le premier conflit mondial prenait fin avec la signature de un armistice entre les belligérants. Près de 30 000 monuments aux morts seront érigés dans les années qui suivent en mémoire des combattants de la Grande Guerre, ces “Poilus” morts dans les tranchées et sur le front.

Pour honorer les victimes de la Première Guerre Mondiale et célébrer le centenaire de l'armistice, une cérémonie officielle a lieu ce dimanche 11 novembre à partir de 10h sur la place Bellecour. Parmi les personnalités officielles : Gérard Collomb, le maire de Lyon, Pascal Mailhos, le nouveau préfet du Rhône mais aussi de Philippe Loiacono, le Gouverneur militaire de Lyon. 

Ambiance place Bellecour, un siècle après la fin de la Grande Guerre, certains sont venus en costumes d'époque.

L'hommage débute par une prise d'armes, avant un défilé militaire d'un quart d'heure. Les troupes participant à la prise d'armes sont aux ordres du Colonel Luc Rosier, chef de corps du Groupement de Recrutement et de Sélection (GRS) de Lyon. Une minute de silence sera ensuite respectée à 11h, comme partout en France. La Musique de l’Artillerie de Lyon accompagne cette célébration de la paix, avec parmi ses musiciens l’un des clairons historiques du 11 novembre 1918.

La cérémonie s'achève par des chorales d'enfants, des parades de drapeaux et par un lâcher de ballons et de colombes, après le dépôt de gerbes au Sanctuaire de la Résistance et de la Déportation.

Les répétitions des jeunes choristes ont débuté tôt ce dimanche matin...

Sur le même sujet

Agriculteurs en colère dans la Loire (et ailleurs) : on vous dit pourquoi !

Les + Lus