• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

120 lycées d'Auvergne-Rhône-Alpes équipés de portiques de sécurité

120 des 570 lycées que compte Auvergne-Rhône-Alpes sont désormais équipés de portiques de sécurité. 420 établissements sont équipés par ailleurs d'au moins un dispositif de sécurité. A. Wauquiez estime que cette mesure se justifiait pleinement et qu'il a ainsi honoré sa promesse de campagne.
     

Par (AFP)

Au lendemain de son élection, son annonce avait fait grand bruit. Alain Wauquiez confirmait qu'il ferait installer des portiques de sécurité dans tous les lycées de la région. Une décision controversée.  "Les mentalités ont changé de manière très rapide en deux ans sur cette question et nous avons de plus en plus de demandes d'aide et d'accompagnement. Nous croulons sous les dossiers. Plus de 150 sont en cours d'instruction", explique L. Wauquiez.
 
"Nous avions promis que 120 établissements seraient équipés de portiques et, aujourd'hui, c'est le cas", a déclaré M. Wauquiez lors d'une conférence de presse, en précisant que ces appareils avaient été installés dans 85 établissements publics et 35 privés. Selon la région, fin 2017, 420 lycées sont équipés "d'au moins un équipement de sécurité". 

"D'ici la fin du mandat, 100% des lycées disposeront d'un dispositif fixe de sécurité" pour filtrer leurs accès, a ajouté le président de la région, estimant "être parti de quasiment rien" en début de mandat. Outre les portiques et les tourniquets, il pourra s'agir de mettre en place des contrôles des accès par badge, de vidéoprotection ou d'alarme anti-intrusion.

Le candidat à la présidence des Républicains a dit souhaiter "refaire des lycées des sanctuaires".Pour la vice-présidente de la région déléguée aux lycées, Béatrice Berthoux, "l'objectif n'est pas loin. 100% des lycées ont fait une demande d'accompagnement", selon elle. "La question a été très politisée au début et, dans les faits, il n'y a pas d'embouteillage sur les trottoirs. La fluidité est là", a-t-elle poursuivi.

Au lancement de l'expérimentation de ces portiques en Auvergne-Rhône-Alpes, la ministre socialiste de l'Éducation nationale de l'époque, Najat Vallaud-Belkacem, avait dénoncé un "effet de manche (qui) ne va pas dans le sens de la sécurité" en créant des files d'attente devant les établissements.

Durant la campagne pour les élections régionales en décembre 2015, M. Wauquiez avait annoncé qu'il ferait équiper les lycées de portiques qui, dans les faits, se sont transformés en tourniquets, portillons ou caméras de surveillance face notamment aux réticences de proviseurs.

Le budget consacré par la région à la sécurisation de ses lycées s'élève à 54 millions d'euros.

 

Sur le même sujet

Béatrice Van Oost Directrice des centres examens de santé CPAM du Rhône

Les + Lus