16e Biennale d'art contemporain de Lyon : dans un monde en crise, "surpasser la fragilité pour en faire une force"

Publié le

Manifesto of fragility est le nom de cette 16e Biennale d'art contemporain. 270 expositions, performances, concerts, projections ou spectacles sont proposés dans 12 lieux répartis sur Lyon jusqu'au 31 décembre.

Dans un monde parcouru par les crises et les guerres, la biennale d'art contemporain de Lyon a choisi le thème de la fragilité. Mais loin des peurs que peuvent faire naitre les folies du monde, les artistes de la biennale ont transformé leur fragilité en sources de création. 

Quand la fragilité se fait force

Un paradoxe qui semble habiter l'oeuvre de Sylvie Selig. "Je suis très fragile et créer me rendre plus forte, parfois même violente. Quand je fais cette peinture, elle est violente, elle n'est pas douce mais il y a une fragilité dans le thème donc les deux sont plus ou moins liés" explique l'artiste peintre.

Les artistes invités donnent leur vision de l'état de la planète mais aussi de l'histoire mondiale ou locale comme le fait la reconstitution du tribunal permanent des forces armées qui a siégé au fort de Montluc de 1953 à 1982, de Nicolas Daubanes.

L'artiste a déshabillé les murs de ce bâtiment à l'histoire très sombre pour évoquer les jugements expéditifs rendus par cette juridiction d'exception. "J'ai enlevé quelques peaux des murs pour qu'on puisse voir à travers. "Tout le public vient circuler, rentrer, voir d'autres œuvres. C'est pour moi rendre cette période historique ou cet espace totalement poreux à la ville de Lyon qui habituellement est complètement cloisonnée".

Une biennale en résistance

Ces évocations artistiques de notre monde peuvent parfois inquiéter mais elles veulent aussi faire bouger les lignes. "L'envie qu'on avait de montrer quelque chose de positif a pris le pas justement dans ce mot Manifeste. Il y a certes, fragilité mais il y a un manifeste qui fait qu'on peut ensuite, par plein de propositions artistiques, montrer que certes il y a fragilité mais il y a résistance" justifie Isabelle Bertolotti, directrice artistique de la BAC quant au choix du nom de cette 16e édition, Magnitesto of fragility. La thématique a été définie bien avant la guerre en Ukraine qui bouleverse l'Europe ce qui lui confère un écho particulier aujourd'hui.

durée de la vidéo : 02min 02
La BAC débute le 14 septembre à Lyon. ©France Télévisions

Des pistes de résistance à découvrir dans 12 lieux différents de la ville de Lyon jusqu'au 31 décembre.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité