A Lyon, les débordements à la Duchère enflamment le débat politique sur les réseaux sociaux

Les événements qui se sont déroulés dans le quartier de la Duchère n'ont pas manqué de mettre aussi le feu... aux réseaux sociaux. Depuis ce matin, les élus de droite chargent la majorité écologiste sur Twitter. Quelques élus EELV et Lrem dénoncent une récupération politique.

Ce jeudi 4 mars à Lyon la Duchère, des véhicules ont été incendiés, des abris bus vandalisés. 12 personnes ont été interpellées et placées en garde à vue. Le parquet a ouvert une enquête concernant l'accident de scooter qui serait à l'origine des incidents. Elle a été confiée à l’IGPN, qui doit déterminer les circonstances de ce faits-divers survenu à Lyon, et qui aurait déclenché ce jeudi soir des affrontements entre des jeunes et la police, accusée par certains habitants d’être impliquée dans les faits. Le mineur, lui, est toujours dans le coma.

Des événements qui ont également emflammé les échanges sur les réseaux sociaux depuis hier soir. La Droite a manifestement estimé que ces débordements étaient une occasion de critiquer l'action de la majorité écologiste sur son action en terme de sécurité.

Laurent Wauquiez (LR) reproche à Grégory Doucet (EELV) de ne pas l'avoir écouté

Après une récente polémique, nourrie par medias interposés, au sujet des menus sans viande en période de Covid à Lyon, c'est donc à présent les événements survenus dans la nuit de jeudi 4 au vendredi 5 mars à la Duchère, à Lyon, qui attisent les débats entre les élus de la majorité écologiste et en particulier la droite, avec à leur tête, le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Dans un tweet, accompagné de la publication d'une lettre envoyée par le maire EELV de Lyon, Laurent Wauquiez reproche directement à Grégory Doucet d'être responsable des problèmes qui se sont produits dans la nuit.

Les deux élus étaient venus à la Duchère récemment (séparément) pour rencontrer les habitants. Laurent Wauquiez avait alors donné une conférence de presse dans un lycée pour annoncer des moyens supplémentaires au sein de l'établissement, ce qui relève de la compétence d'une région. Il avait alors également proposé au maire de Lyon de participer au renforcement du nombre de caméras de vidéo-surveillance dans le quartier.

Grégory Doucet, et son adjoint à la sécurité Mohamed Chihi avaient de leur côté organisé des réunions avec les habitants et les associations du quartier, en concertation avec la Préfecture et le Procureur de la République. Tout en annonçant une augmentation de la présence de la police municipale et nationale, ils avaient alors estimé qu'il n'était pas nécessaire de modifier l'actuel système de vidéo-surveillance. C'est effectivement ce que l'on peut lire dans la lettre publiée par Laurent Wauquiez.

Aujourd'hui, dans son tweet, Laurent Wauquiez met en cause cette réponse, tout en expliquant que la maire ne lui avait pas répondu. Le maire écologiste n'a pas, pour le moment, publié de réaction à ces reproches sur son compte.

De son côté, Mohamed Chihi, adjoint au maire de Lyon en charge de la sécurité, temporise. Dès hier soir, il ré-affirmait le soutien du maire aux agents publics engagés pour mettre fin aux troubles.

De nombreuses critiques et des appels à ne pas "faire de la récupération politique"

La droite ne se contente pas de ce type d'appels à l'apaisement et poursuit ses attaques. Le maire du 2è arrondissement de Lyon Pierre Oliver, s'est rendu à la Duchère pour réclamer lui-aussi "des policiers et des caméras pour faire revenir l'ordre républicain". déclame-t-il sur son compte twitter

 Une démarche qui n'est pas passée pour le maire écologiste du 8ème arrondissement Olivier Berzane qui dénonce " une... pas très jolie... récupération politique". A son tour, le maire écologiste du 4ème arrondissement Rémi Zinck fait part de son indignation, en rappelant "qu'un gamin de 13 ans est entre la vie et la mort." Il demande aux politiques de se "retenir de faire campagne suite aux événements de la Duchère"

 

Pendant ce temps, d'autres observateurs, politiques ou non, commentent la situation. La tête de liste Rassemblement national pour les Régionales Andréa Kotarac n'a pas attendu très longtemps, hier soir, pour poster des vidéos amateurs et estimer que "la situation sécuritaire du pays est hors de contrôle"

Une série de tweets sans équivoque dénoncés à leur tour par la tête de liste LREM pour les Régionales, le député Bruno Bonnel, qui explique que "le rôle d’un responsable politique sincère n’est pas d’attiser la haine ni de faire de la manipulation d’opinion à partir d’un fait divers"

L'ancien maire de Lyon Gérard Collomb a lui aussi réagi aux événements. Sur le site internet de nos confrères de  Lyon Mag, on apprend qu'il adresse un conseil à son successeur Grégory Doucet : "Pour avoir une ville apaisée, il faut à la fois être dans le dialogue et la proximité avec les habitants mais en même temps savoir faire preuve de fermeté. Faute de quoi, une ville peut dériver très vite".

Le désormais conseiller municipal d'opposition ajoute : "j’avais pourtant mis en garde contre la nécessité d’assurer la sécurité sur ce quartier, comme d’ailleurs sur les autres quartiers de notre ville. Mais les membres de la nouvelle majorité m’avaient répondu que celle-ci avait une autre conception de la sécurité et qu’elle était, par exemple, contre la vidéo-protection. On voit quel est le résultat de cette politique"

L'un des syndicats des Commissaires de police a également pris part au débat, sans mettre la moindre nuance dans ses prises de position. Estimant qu'à Lyon "l'impunité fait son oeuvre", et réclamant "des interpellations et incarcérations" Selon ce syndicat SICP, "la justice de rue est menée par des caïds qui ne comprennent que ça ".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections régionales 2021 élections faits divers