Abbé Pierre : "C'est une figure qui incarne la révolte, le combat et l'engagement"

À l'occasion des 70 ans de l'appel de l'abbé Pierre, de nombreuses archives ressurgissent. On y retrouve très souvent l'image charismatique du fondateur d'Emmaüs. Un visage qui, aujourd'hui encore, évoque une vie de combat.

"Le mythe de l'abbé Pierre dispose d'un atout précieux, la tête de l'abbé". Ainsi commence "l'iconographie de l'abbé Pierre" de Roland Barthes (éditions du Seuil). Le sémiologue s'intéresse en particulier au visage et à l'allure de l'abbé. "Le regard bon, la coupe franciscaine, la barbe missionnaire, tout cela complété par la canadienne du prêtre-ouvrier et la canne du pèlerin". Pour Roland Barthes, sont donc réunis "les chiffres de la légende et ceux de la modernité".

"Un prophète"

Pierre Bourdieu, sociologue, ira même plus loin. Il parlera de "prophète". "Un personnage extraordinaire qui surgit en temps de disette, de crise, de pénurie". Plus récemment, une chercheuse, Axelle Brodiez-Dolino consacrera un ouvrage entier à Emmaüs et l'abbé Pierre.

"Un prophète des temps modernes qui incarne la révolte devant l'injustice et la précarité" peut-on lire sur la quatrième de couverture de son livre paru aux éditions Sciences-Po.

Une figure médiatique

Depuis son appel de l'hiver 54, l'abbé Pierre s'est toujours appuyé sur son image. À travers ses différentes actions, il a toujours gardé cette démarche et cette tenue si familière. Il portait aussi une cape. Facilement reconnaissable, elle faisait partie des attributs de l'Homme. Peut-être, en jouait-il pour attirer l'œil des médias.

Un homme discret

Mais connaît-on l'histoire de cette cape ? L'abbé Pierre savait aussi se faire discret. Elle lui avait été offerte par un sapeur-pompier. Il a tenu à la restituer à sa mort. "Un jour de 2007, les pompiers de Paris ont été contactés par un notaire. L’abbé Pierre avait bien précisé dans son testament sa volonté de restituer la cape à la brigade" peut-on lire sur le site de l'amicale des anciens sapeurs-pompiers de Paris.

Superstar

Pendant dix-sept ans, il restera en tête du classement des personnalités préférées des Français. Il demandera à en être retiré, car selon lui, c'était "une arme et une croix". En 2003, Zinédine Zidane le remplace.

Au cinéma

Plusieurs films racontant son histoire seront réalisés. En 1989, Lambert Wilson incarne l'abbé Pierre dans "Hiver 54, l'abbé Pierre". Puis, plus récemment, en 2023, sort sur les écrans "Une vie de combat" avec Benjamin Lavernhe. Dans une interview, à la sortie du film, il explique l'importance de son personnage.

Qu'un film de cinéma fasse un portrait aussi intime de ce monsieur extraordinaire, c'est une manière de continuer le combat et de le faire connaître aux jeunes générations.

Benjamin Lavernhe, acteur

"Les images extérieures d'une légende"

Dans une interview télévisée réalisée en 1957, le sémiologue, Roland Barthes détaille "l'iconographie" de l'abbé Pierre. Il explique comment "on voit de façon mystérieuse, un peu inexplicable, fonctionner tout un ensemble de signes". Il en conclut que cette "vocation spirituelle retrouve finalement les images extérieures d'une légende".

durée de la vidéo : 00h00mn54s
En 1957, le sémiologue, Roland Barthes, évoque "les images extérieures d'une légende". ©INA
"Son ombre plane"

La fondation abbé Pierre assure désormais la succession de l'abbé. Tant patrimoniale que morale. "Oui, c'est une figure qui donne une légitimité et une force à notre mouvement" explique-t-on à la fondation. Seize ans après sa mort, "son ombre plane".

L'image de l'abbé Pierre incarne, encore aujourd'hui, la révolte, l'indignation, l'engagement au service des autres, même chez les plus jeunes.

Fondation abbé Pierre

"Une image tutélaire"

Tee-shirts, mugs, sacs, affiches… Des objets de la vie quotidienne sont créés à l'effigie de l'abbé Pierre. Pour la fondation, c'est une image tutélaire. La campagne de communication autour des 70 ans de l'appel est basée sur le travail d'artistes contemporains qui revisitent l'image de l'abbé. Une association lyonnaise qui lutte pour le droit au logement le représente en dessin avec une guitare à la main. "c'est un personnage rock and roll" explique-t-on. Mais, attention aux utilisations abusives. Les droits autour de son image sont protégés.

Suivez nos deux éditions spéciales jeudi 1ᵉʳ février à partir de 18h58 sur France 3 et en replay sur France.tv.