Accusée d'adultère, une cheffe d'entreprise lyonnaise condamnée à huit mois de prison en Tunisie

Détenue pendant trois mois en Tunisie pour des accusations d'adultère, Olfa Ayari avait pu revenir en France en août dernier. Ce mardi 16 janvier, la justice tunisienne vient de la condamner à huit mois de prison.

Le jugement est tombé ce mardi 16 janvier 2024 : Olfa Ayari est condamnée à huit mois de prison en Tunisie. La raison : une suspicion d'adultère. Pour cette cheffe d'entreprise lyonnaise et mère de famille, le calvaire dure depuis mai dernier. 

Arrêtée pour une photo

En mai 2023, cette Franco-Tunisienne est arrêtée par la police dans un hôtel de Hammamet, ville côtière du sud-est de la Tunisie. Son mari, avec lequel elle est en instance de divorce, l'accuse d'adultère, avec comme preuve, une photo d'Olfa au côté d'un ami.  

Olfa est alors arrêtée manu militari, mise en garde à vue, puis doit aller à l'hôpital pour "des tests salivaire, vaginal et anal". Elle va ensuite passer trois mois à la Manouba, une prison pour femmes. Après des mois de calvaire dans une prison surchargée, elle obtient une libération provisoire et revient en France, retrouver ses enfants. 

La Lyonnaise n'a donc pas assisté à son jugement en Tunisie ce mardi 16 janvier, la condamnant elle et son ami à huit mois de prison. "Ils ont rendu leur jugement alors qu'ils n'ont toujours pas reçu les tests qu'ils m'ont fait faire à l'hôpital, tient à souligner Olfa. Mon ami a aussi fait trois mois de prison, il a donc un casier judiciaire et ne peut plus exercer son métier de médecin."  

Mes parents sont enterrés en Tunisie, je ne peux même plus aller sur leur tombe.

Olfa Ayari

"Je ne vais pas me taire"

La cheffe d'entreprise compte bien faire appel de cette décision. Si pour Olfa revoir les paysages de Tunisie lui est désormais impossible, elle ne veut pas tourner la page. "On m'a mis en prison pour une photo sur Snapchat, je veux que les autres femmes sachent qu'elles aussi peuvent être piégées, alors je ne vais pas me taire."

En Tunisie, le fait de tromper son conjoint constitue un délit passible de cinq ans d’emprisonnement. Même si Olfa Ayari a été mariée en France, elle a été emprisonnée et condamnée pour une suspicion d'adultère. 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité