Affaire Barbarin : qui est le père Baumgarten, désigné pour diriger provisoirement le diocèse de Lyon ?

Après le refus de sa démission par le Pape, le cardinal Philippe Barbarin annonce, mardi 19 mars, se mettre provisoirement en retrait. Il confie la conduite du diocèse de Lyon au vicaire général, le père Yves Baumgarten, qu'il a lui même ordonné.

 Yves Baumgarten, vicaire général modérateur du diocèse de Lyon - 25/4/16
Yves Baumgarten, vicaire général modérateur du diocèse de Lyon - 25/4/16 © France 3 RA
C'est officiel, le père Yves Baumgarten a été désigné par le primat des Gaules Philippe Barbarin pour prendre la conduire du diocèse de Lyon. Malgré le refus de sa démission par le pape, l'archevêque se retire "pour quelques temps". Mais qui est donc son remplaçant, Yves Baumgarten, vicaire général modérateur du diocèse de Lyon ?

Né le 28 septembre 1964 à Macon (Saône-et-Loire), d'un père ingénieur et d'une mère au foyer, Yves Baumgarten grandit à Lyon près de la paroisse de la Rédemption. 

Après une maîtrise de sciences économiques, il devient inspecteur du Trésor Public. Une fonction qu'il occupera de 1989 à 1997. 

Formé au séminaire de Paray-le-Monial et au séminaire Saint-Irénée de Lyon, de 1997 à 2004, il est ordonné prêtre, cette même année, par le cardinal Philippe Barbarin.

Il a ensuite été vicaire dans la paroisse Saint-Paul-en-Roannais, de 2004 à 2005. Puis, curé de la paroisse Notre-Dame des Coteaux du Levant (Balbigny), de 2005 à 2012. Avant de devenir vicaire épiscopal de Lyon-Est et curé de la paroisse du Sacré-Coeur (Lyon 3ème), de 2012 à 2014.

Pour succéder à Pierre-Yves Michel au poste de vicaire général modérateur du diocèse de Lyon depuis 2014, il est choisi par Philippe Barbarin. Le vicaire général est en quelques sortes le "premier ministre de l'archevêque". Il s'occupe notamment de la gestion financière et humaine du diocèse ainsi que des projets pastoraux.  

Peu après sa nomination, dans une interview réalisée pour le diocèse, il explique que son rôle " consiste à s’assurer que chacun dans le diocèse puisse bien vivre sa mission, ait ce qu’il lui faut pour l’accomplir, en termes de formation, de confort spirituel, de confiance… Il faut également veiller à l’articulation des différents équilibres : services pastoraux, services supports, conseils diocésains." 

Un rôle qui va évoluer avec ses nouvelles responsabilités, en l'absence de l'archevêque Philippe Barbarin... Dans une interview accordée à KTO, ce dernier l'a confirmé : " c'est une lourde charge qui lui tombe sur les épaules".
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société justice procès barbarin
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter