Agression du blogueur Bassem Braiki à Vénissieux: un deuxième suspect interpellé

Un deuxième suspect a été interpellé jeudi après le passage à tabac du blogueur lyonnais Bassem Braïki par le rappeur Sadek, qui s'est dit prêt à payer pour son "erreur". Sadek a été interpellé mercredi à Bagnolet après avoir revendiqué cette agression mardi à Vénissieux.

Le rappeur Sadek a revendiqué le passage à tabac du blogueur Bassem à Vénissieux, le 11 février 2020.
Le rappeur Sadek a revendiqué le passage à tabac du blogueur Bassem à Vénissieux, le 11 février 2020. © Captures d'écran Twitter
Un deuxième suspect a été interpellé jeudi après le passage à tabac du blogueur Bassem Braïki par le rappeur Sadek, qui lui a été interpellé mercredi à Bagnolet (Seine-Saint-Denis) après avoir revendiqué cette agression mardi à Vénissieux. Les deux suspects seront présentés dans l'après-midi "devant le juge d'instruction dans le cadre d'une ouverture d'information judiciaire des chefs de violences volontaires aggravées par trois circonstances et vol aggravé", ajoute le parquet.

Lors de son interpellation mercredi près d'un débit de boisson à 14h50, Sadek a expliqué qu'il comptait se rendre aux autorités, selon une source policière, confirmant une information du Point. 

"On a exécuté un mandat de recherche. Il est actuellement en garde à vue", a ajouté cette source. 

"Il était en route pour mon cabinet et on devait ensuite se rendre au commissariat", a indiqué de son côté son avocat, Arié Alimi.
 

"Il compte reconnaître les faits"


"Il compte reconnaître les faits, son erreur mais aussi les contextualiser", a ajouté son avocat qui rappelle que l'affaire aurait pour origine des appels, lancés sur les réseaux sociaux, à boycotter un spectacle de Sadek prévu samedi 8 février à Saint-Priest, en banlieue lyonnaise, et annulé finalement par les organisateurs.

Par ailleurs, cette annulation intervenait dans un contexte de violences urbaines à Saint-Priest qui ont fait un mort dans le quartier Bel-Air.

Bassem Braiki et Sadek s'étaient alors vivement invectivés et provoqués sur les réseaux sociaux. Selon lui, Sadek n'a aucun antécédent judiciaire si ce n'est un défaut de permis de conduire.

   

La violence des images


Mardi matin, Sadek a partagé sur Twitter une photo de lui, la main ensanglantée, avant de publier une vidéo sur Instagram dans laquelle il confirme avoir "cédé comme un imbécile à la violence, à la haine", tout en se disant prêt à "payer".

Sur des images filmées au téléphone et mises en ligne dans la nuit, on voit le blogueur de Vénissieux recevoir de violents coups de poing, de pied et de matraque télescopique. Selon les pompiers interrogés mardi, le blogueur avait ensuite été conduit à l'hôpital en urgence relative. Le parquet de Lyon a confié à la Sûreté départementale du Rhône une enquête en flagrance pour "violences aggravées".

Bassem Braiki avait fait parler de lui après les attentats de Paris en 2015, en appelant les musulmans à se révolter face au terrorisme. Depuis, il multiplie les propos polémiques à l'adresse de ses milliers de fans. Outre le rap, Sadek est aussi connu pour avoir joué aux côtés de Gérard Depardieu dans le film "Tour de France" de Rachid Djaïdani, sorti en 2016.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers