Après sa suspension pour cinq mois, le médecin anti-masque du Rhône rend son cabinet

"Je viens d’être interdit d’exercer parce que je refuse de mettre un masque". Le docteur Patrick Bellier, pneumologue de Sainte-Foy-lès-Lyon, est suspendu depuis le 8 décembre 2020 et pour une durée de 5 mois. Après cette sanction de l'Agence Régionale de Santé, le médecin "arrête tout".

Lyon,18 septembre 2020, lors d'une audience de conciliation, le pneumologue avait défendu devant ses pairs, ses arguments anti-masque. Près de trois mois plus tard, le voilà suspendu pour 5 mois en attendant la décision de la commission disciplinaire de l'Ordre des médecins du Rhône.
Lyon,18 septembre 2020, lors d'une audience de conciliation, le pneumologue avait défendu devant ses pairs, ses arguments anti-masque. Près de trois mois plus tard, le voilà suspendu pour 5 mois en attendant la décision de la commission disciplinaire de l'Ordre des médecins du Rhône. © Richard Mouillaud/MaxPPP

"C'en est trop, je viens d'envoyer des recommandés. Je rends mon cabinet. J'arrête mes activités". Le docteur Patrick Bellier nous a finalement conssenti cette réaction, après l'annonce de son interdiction d'exercer pour 5 mois. Le médecin pneumologue, installé à Sainte-Foy-lès-Lyon, a été sanctionné par l'Agence Régionale de Santé pour son opposition affichée au port du masque.

Une sanction, "au regard des enjeux de santé publique"

"C’est une mesure conservatoire, le temps que la chambre disciplinaire de l’ordre des médecins, saisie de cette affaire, statue". Ce 8 décembre 2020, l'Agence Régionale de Santé d'Auvergne-Rhône-Alpes, a donc décidé de sanctionner le docteur Patrick Bellier, qui refuse le port du masque.
L'ARS ne donne guère de détails concernant les motifs de cette sanction, si ce n'est qu'elle précise avoir "pris une mesure de suspension temporaire à l’encontre du médecin au regard des enjeux de santé publique". L'Agence Régionale de Santé explique avoir été saisie par le Conseil départemental de l’Ordre des médecins du Rhône, lui-même alerté depuis septembre par des patients du Dr Bellier et d'autres professionnels de santé.

Le 18 septembre 2020, lors d'une audience de conciliation, le pneumologue avait défendu devant ses pairs, ses arguments anti-masque. Quelques jours plus tôt, le médecin nous avait expliqué que le masque était, selon lui, incompatible avec sa pratique médicale. Une barrière au diagnostic et un danger potentiel. "Si je ne vois pas leur tête, je fais de la médecine pifométrique ! Autant acheter une boule de cristal, autant faire de la téléconsultation.", nous avait-il déclaré.

Depuis, le docteur Patrick Bellier est resté sur ses positions. Le médecin ne porte pas de masque, et demande à ses patients de faire de même lors des consultations. Faute d'avoir changé de comportement, le Conseil départemental de l’Ordre des médecins a donc saisi l'ARS pour qu'une mesure soit prise, en attendant que la Chambre disciplinaire se prononce. 
 

Première réaction du médecin suspendu : un message sur son répondeur

Avant d'apprendre de sa propre bouche son intention d'abandonner sa pratique, nous avions tenté, à plusieurs reprises, de joindre le Dr Patrick Bellier. Le pneumologue décroche : "Oui ?" Nous nous présentons, et précisons que nous sommes journalistes... "Bonne journée, au-revoir", et le médecin raccroche.

Sa réaction, nous l'obtenons après une énième tentative d'appel. Le téléphone sonne dans le vide.... passe sur répondeur. Nous entendons alors ce message : 

Je viens d'être interdit d'exercer parce que je refuse de mettre un masque, la dictature Macron a fini par m'avoir. La décision a été émise par l'Agence Régionale de Santé, qui est bien sûr aux ordres et à la botte du dictateur Macron. Je suis désolé, je ne peux plus travailler, et donc je ne peux plus vous donner de rendez-vous. Et je suis fort ... (inaudible) parce que je pense avoir rendu de grands services, à pas mal de monde. Voilà... Bonne journée, au revoir.

Messagerie du Dr Patrick Bellier

 

Un médecin au coeur des polémiques

La prise de position du pneumologue contre le port du masque, l'amène sur de nombreux plateaux de télévision. Le 10 septembre, il était ainsi invité par Cyril Hanouna, dans le cadre de l'émission Balance ton Post. Sauf que ce soir-là, le docteur Patrick Bellier est surpris, hors caméra, faisant une "quenelle".
Le praticien reconnaît avoir fait ce geste, "sorte de salut nazi inversé". Il est immédiatement sommé de quitter le plateau. 

Pour les autorités sanitaires d'Auvergne-Rhône-Alpes, rien ne dit que cet épisode figure parmi les griefs faits au praticien. Toujours est-il que, depuis le 8 novembre, Patrick Beille ne peut plus exercer. La sanction de l'ARS est valable pendant cinq mois. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société polémique