Autorisation aux pharmaciens d'administrer tous les vaccins, à Lyon les avis divisent entre professionnels et patients

Depuis novembre 2023, les pharmacies ont l'autorisation de vacciner sans prescription du médecin. Si les patients s'en réjouissent au vu de l'attente pour obtenir un rendez-vous dans un cabinet médical, les pharmaciens sont plus sceptiques. Ils dénoncent un acte sous-rémunéré.

Êtes-vous à jour de tous vos vaccins ? Cette question, les Français se la pose et la réponse, beaucoup pensent qu’ils la trouveront en allant chez le médecin. Ce n’est pas complètement faux.  

Cependant, beaucoup de Français ignorent que depuis novembre 2023, ils peuvent se rendre en pharmacie pour se faire prescrire et administrer le vaccin aux patients de plus de 11 ans, sans passer par le médecin traitant.  

Une formation pour connaître le calendrier vaccinal  

“Je pense que les patients ne sont pas trop au courant. Ça reste le schéma traditionnel, les patients vont chez le médecin, ensuite ils viennent chez nous récupérer le vaccin et on vaccine”, constate Quentin Gouttebaron. Dans sa pharmacie située dans le 2ème arrondissement de Lyon, il ne pratique que très peu d’actes de ce genre.  

Il aimerait pourtant mettre sa formation à profit. “Cette nouvelle formation permet de passer en revue tous les vaccins dans le calendrier”, explique le pharmacien qui a déjà appris auparavant à injecter le vaccin contre la grippe et le coronavirus.  

“On s’est dit que c’était une bonne avancée pour la profession, que ça permettait d’avoir un peu plus de responsabilités et de faire avancer notre métier”, ajoute le praticien formé sur une journée.  

"Ça désengorge les cabinets” 

Si beaucoup de patients ne sont pas encore au courant de ce nouveau décret, l’approbation est quasi générale.  

“C’est une bonne chose, c’est rapide, c’est pratique”, se réjouit un client qui n’en est pas à sa première vaccination dans la pharmacie.  

“J’ai confiance dans les pharmaciens. Ils sont très professionnels. Ça fait moins peur que d’aller chez le médecin”, renchérit une autre cliente dans l’attente de payer son médicament. Elle aussi a reçu son injection dans la pharmacie, seulement 2 jours après sa prise de rendez-vous.  

Et l’argument qui revient sur toutes les bouches : “ça désengorge les cabinets médicaux”. On sait à quel point ça peut être compliqué d’obtenir un rendez-vous chez le médecin ! 

Un acte sous-rémunéré

Un consensus que les patients ne partagent pas avec la majorité des pharmaciens, dont beaucoup refusent de pratiquer l’acte. “Le coût de la formation est quand même élevé”, signale Véronique Nouri, présidente de la fédération des pharmaciens du Rhône. Elle dénonce également un acte sous-rémunéré.  

La vaccination sur prescription du médecin est payée 7.5 euros contre 9.6 si c’est le pharmacien lui-même qui prescrit le vaccin.  

“2.10 € pour une prescription qui nous prend quand même plus de 5 minutes, ça prend bien 15 minutes, le temps de voir avec le patient son carnet de vaccination, de regarder les vaccinations qui peuvent lui manquer, ça n’en vaut pas la peine pour certains”, ajoute la praticienne en pénurie de collaborateurs.  

La Cnam et les deux syndicats de pharmaciens sont actuellement en négociation pour demander une revalorisation l’acte de prescription. En attendant un retour positif, la fédération appelle à une grève le 30 mai prochain.