Campagne massive de tests : un comité scientifique régional voit le jour en Auvergne Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez a donné quelques détails sur le déploiement de la campagne de dépistage pour l'ensemble des habitants d'Auvergne Rhône-Alpes avant les fêtes de Noël. Un comité scientifique régional est crée, avec à sa tête le virologue Bruno Lina, qui veut mettre en places des stratégies "locales".
Présentation du comité scientifique pour la campagne de tests massive en Auvergne-Rhône-Alpes
Présentation du comité scientifique pour la campagne de tests massive en Auvergne-Rhône-Alpes © Sophie Valsecchi / France 3
Lors d'une conférence de presse ce vendredi 4 décembre 2020 à l'hôtel de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez a présenté quelques axes de sa campagne de dépistage massif prévue entre le 16 et le 23 décembre pour l'ensemble des habitants des 12 départements.

Elle s'appuie sur l'avis d'un comité technique régional, piloté par le Professeur Bruno Lina, virologue et membre du comité national scientifique, qui va travailler en coordination avec quatre autres médecins : Le Docteur Elisabeth Botelho-Nevers (infectiologue au CHU de Saint-Etienne), le Professeur Jean Beytout (infectiologue au CHU de Clermont-Ferrand), le Docteur Olivier Epaulard, infectiologue au CHU de Grenoble et le Professeur PhilippeVanhens (épidémiologiste aux Hospices Civils de Lyon).
Ce comité se réunira régulièrement."Nous devons nous inscrire dans la durée pour sortir au plus vite de cette crise sanitaire".

Quatre lignes directrices à cette campagne de tests

1. Outre les 1000 centres déployés, un travail sera fait pour organiser des dépistages dans des lieux spécifiques : entreprises, administrations, lycées.  
2. Des solutions devront être apportées concernant les personnes à "isoler", afin d'accompagner au mieux les personnes testées positives à la Covid-19.
3. L'intention est aussi de "mixer" les tests en fonction  du public (antigénique/ PCR)
4. Il doit y a voir aussi un travail de remontées des informations.

Le Professeur Bruno Lina précise que ces actions seront complémentaires à ce qui est déjà déployé actuellement : "Cette stratégie de dépistage associée à un diagnostic va nous permettre d'avoir un impact sur la dynamique épidémique. Nous avons les outils et les moyens de les décliner à l'échelle de notre région"

Tester, tracer, isoler, j'ajouterais "accompagner"

Laurent Wauquiez a lui insisté sur l'importance de sensibiliser les habitants de la région et de leur apporter un support d'information et de communication. Interrogé sur le manque de concertation de ces campagnes de tests avec les villes de Lyon et Villeurbanne notamment, qui envisagent un dépistage massif en janvier, le président de la région répond :
"Travaillons sur les deux périodes, il n'y a pas d'opposition à avoir, c'est notre intérêt à tous de travailler en commun ".

Le Professeur Bruno Lina précise que " chacun doit s'approprier le comportement de prévention. Nous ne sommes pas dans une étude clinique. On va voir le degré d’acceptabilité, voir si les gens vont s’approprier ces campagnes de dépistage. A partir de 25% de personnes testées, ça commence à être informatif "




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région auvergne-rhône-alpes politique covid-19 santé société