Castex et Blanquer à Lyon pour les World Skills, ce qu'il faut retenir de leur visite

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christian Conxicoeur
Le Premier ministre et les ministres de l'éducation et du travail sont à Lyon pour les finales des Olympiades des métiers, les "World skills". Des compétitions entre jeunes professionnels d'une cinquantaine de corps de métiers. Un bol d'air après une journée de grève massive dans l'éducation nationale.
Le Premier ministre et les ministres de l'éducation et du travail sont à Lyon pour les finales des Olympiades des métiers, les "World skills". Des compétitions entre jeunes professionnels d'une cinquantaine de corps de métiers. Un bol d'air après une journée de grève massive dans l'éducation nationale. © Béatrice Tardy, FTV

Le Premier ministre et les ministres de l'éducation et du travail étaient à Lyon pour les finales des Olympiades des métiers, les "World skills". Des compétitions entre jeunes professionnels d'une cinquantaine de corps de métiers. Un bol d'air après une journée de grève massive dans l'éducation nationale.

Un rendez-vous comme un bol d'air ? eut-être ... ce vendredi 14 janvier 2022, Jean Castex, Jean-Michel Blanquer et Elisabeth Borne, respectivement premier ministre, ministre de l'éducation et ministre du travail étaient à Lyon pour la finale nationales des Olympiades des métiers, les "World skills".

Une visite prévue de longue date qui intervient au lendemain d'une journée de grève massive dans l'éducation nationale, et qui a nécessité un mea culpa en bonne et due forme de la part de Jean-Michel Blanquer et l'annonce de recours massif aux renforts dans les établissements scolaires.

Jean Castex a déjà rencontré des "Olympiens des métiers"

Le Premier ministre avait déjà, par le passé, manifesté son intérêt pour l'équipe de France des métiers, puisque le 4 novembre dernier (twit ci-dessous), il avait reçu à Matignon l'équipe qui a concouru pour la déclinaison européenne de la compétition à Graz (Autriche) du 22 au 26 septembre 2021. L'équipe de France, composée alors de 31 jeunes filles et garçons, avait remporté 18 médailles dont 5 en or, classant la France à la 3eme place de la compétition.

Cette fois, à Lyon, ce sont 600 jeunes de moins de 23 ans s'affrontent dans des épreuves professionnelles, pour décrocher une place dans l'équipe de France des métiers et représenter le savoir-faire français à l'étranger.

La compétition porte sur une cinquantaine de métiers : du carrelage à la robotique mobile, en passant par la cyber sécurité, la coiffure ou le dessin industriel

Oubliée la grève de jeudi ?

Le calendrier politique et les polémiques post-grève des enseignants a-t-elle gâché la fête et détourné l'attention de tout le monde ? C'était un risque, mais non. 

A vrai dire, cela eut été bien dommage car ces Olympiades des métiers sont l'occasion de valoriser les jeunes et l'excellence dans le travail... et de préparer une équipe de France des métiers gagnante pour les finales mondiales ... à Lyon en 2024 et les finales européennes au Danemark en 2025.

Mais c'est à une sorte de trève olympique que nous avons assisté pour cette visite gouvernementale aux World skills.

Un premier contact avec des jeunes en formation 

C'est bien vers les jeunes inscrits dans des parcours d'apprentissage professionnel et qui ont bénéficié de dispositif d'aide que le Premier ministre a commencé sa visite.

D'abord une jeune femme qui a pu mûrir un projet de formation en lien avec un service civique, puis une autre, soutenue par pôle emploi qui "accumule les compétences" pour réaliser son rêve : ouvrir une brasserie à Lyon d'ici à deux ans.

Et puis, il y a ce jeune de 24 ans qui a bénéficié de "l'accompagnement jeunes", créateur d'une application sur smartphone pour détecter les anomalies dans les radiographies osseuses. On trouve de tout en marge des World skills.

L'emploi des jeunes, un "défi majeur" pour Jean Castex

Pour le Premier ministre, la visite aux World Skills est aussi l'occasion de mettre l'accent sur les missions locales, dont celle de Lyon qui, en partenariat avec la métropole, a ouvert en plein coeur du centre commercial de la Part-Dieu un "atelier de l'emploi".

L'objectif est de rendre l'information sur l'emploi des jeunes et l'insertion accessible aux publics les plus éloignés des circuits traditionnels.

Des candidats aux Olympiades ambassadeurs de leur métier

Les Olympiades des métiers, c'est bien sûr l'occasion de démontrer son propre savoir-faire et, dans un objectif très personnel d'intégrer l'équipe de France.

Mais c'est aussi la possibilité de se faire l'ambassadeur de sa profession. Et, dans le secteur des jardiniers-paysagistes, un expert confiait au Premier ministre Jean Castex que les professionnels avaient du mal à recruter des jeunes.

"ces métiers, c'est un potentiel considérable. Il faut passer un message : on a des résultats significatifs sur l'emploi des jeunes, mais il faut aller beaucoup plus loin. On me dit que dans ce secteur des espaces verts, on cherche à embaucher 30 personnes par jour. (...) Il faut y aller."

Jean Castex, Premier ministre

Des "emplois non délocalisables"

Une autre allée, un autre exemple des besoins de main d'oeuvre et du potentiel d'emploi pour les jeunes : la maintenance de machines agricoles. Un représentant des entreprises explique à Jean Castex : "chaque année, on essaye d'embaucher 5000 personnes, et on y arrive pas. On a besoin des jeunes. (...) et ce sont des emplois non délocalisables.". Alors la compétition des Olympiades est l'occasion rêvée pour communiquer dans une filière qui se féminise, et où 90% des entreprises recrutent en CDI au niveau CAP, Bac Pro, BTS.

Boucherie, boulangerie... visite touche à sa fin, mais les Olympiades continuent. Samedi auront lieu les dernières épreuves et la proclamation des résultats. Avec des champions en route pour des aventures européennes et mondiales en 2025 et 2024.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.