La CCI de Lyon demande l'interdiction de manifester en centre-ville pour le dernier samedi avant Noël

Pour le dernier samedi avant Noël, le 19 décembre 2020, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Lyon a demandé au préfet d'interdire les manifestations en centre-ville. Objectif : laisser un peu de répit aux commerçants déjà lourdement impactés par la crise sanitaire. 

Marée humaine dans les rues de la presqu'île de Lyon le 28 novembre 2020. Les commerces qui avaient rouvert le matin (après plusieurs semaine de fermeture pour cause de crise sanitaire) ont été contraints de baisser le rideau dans l'après-midi. Ambiance sur la place des Terreaux dans l'après-midi.
Marée humaine dans les rues de la presqu'île de Lyon le 28 novembre 2020. Les commerces qui avaient rouvert le matin (après plusieurs semaine de fermeture pour cause de crise sanitaire) ont été contraints de baisser le rideau dans l'après-midi. Ambiance sur la place des Terreaux dans l'après-midi. © France tv

"Ce dernier samedi avant Noël étant le jour le plus important de l’année pour les commerçants, les acteurs économiques espèrent obtenir du Préfet l’interdiction de toutes manifestations en centre-ville ce samedi 19 décembre", indique la Chambre de Commerce et d'Industrie de Lyon dans un communiqué du 16 décembre 2020. Le texte a également été signé conjointement par d'autres représentants des acteurs économiques de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du Rhône, la CPME du Rhône, le MEDEF Lyon-Rhône et la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne.

Depuis la réouverture des commerces dits "non essentiels" le 28 novembre dernier, des manifestations ont lieu dans le centre de Lyon, comme dans d'autres villes. Des rassemblements émaillées d'incidents. Pourtant la préfecture a pris des mesures limitant le périmètre autorisé pour défiler. Ainsi les cortèges sont bannis d'une partie de la Presqu'île. Mais la mesure ne semble cependant pas suffisante. Les signataires du texte, CCI de Lyon en tête, réclament aujourd'hui une interdiction pure et simple de manifester en centre-ville de Lyon pour ce samedi 19 décembre.  

Les arguments avancés sont multiples. Sont notamment évoqués les incidents qui viennent régulièrement perturber les manifestations. Selon la CCI, ils font fuir une clientèle qui se raréfie à cause des changements d'habitude de consommation mais aussi à cause de la crise sanitaire, des grèves et du mouvement des Gilets Jaunes lancé en novembre 2018.

"La crise sanitaire touche de plein fouet tous les commerces de proximité, déjà fragilisés par l’évolution des modes de consommation, la montée en puissance du e-commerce et, depuis plus d’un an, par les manifestations et actions des Gilets jaunes et les nombreuses grèves. Dans ce contexte déjà extrêmement difficile, les commerces du centre de Lyon (Presqu’Ile, alentours de la place Bellecour, quai Augagneur…) sont victimes depuis plusieurs samedis de manifestations qui font l’objet de nombreux débordements : jets de pierres dans les vitrines, violences, intimidations... etc. (...) A l’heure où de nombreux commerçants et artisans sont au bord de la faillite et dans une grande détresse morale, il est intolérable que de tels agissements se reproduisent semaine après semaine."

 

Des commerçants au bout du rouleau

Ces manifestations autorisées le samedi en presqu'île de Lyon dés le 28 décembre dernier avaient déjà provoqué colère et incompréhension des commerçants lyonnais. A l'image de la présidente du collectif "Au nom des Indépendants" qui n'avait pas hésité à pousser un coup de gueule sur les réseaux sociaux. La première journée de réouverture des commerces de presqu'île après plusieurs semaines de reconfinement avait été gâchée. 

L’association de commerçants My Presqu’île avait également  "demandé l’arrêt immédiat, en particulier le samedi, et jusqu'à la fin janvier 2021, de toute manifestation dans les zones à forte densité commerciale de la Ville de Lyon".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie manifestation social