Le chauffeur lyonnais écroué pour viols n'utilisait pas "Heetch"

Publié le Mis à jour le
Écrit par (AFP)
Image d'illustration
Image d'illustration

Le chauffeur écroué pour deux viols de clientes à Lyon alors qu'il faisait office de taxi n'utilisait pas l'application "Heetch" contrairement à ce qui a été indiqué d'emblée. Le jeune homme ferait le "VTC" de facon clandestine depuis plusieurs mois.Il conteste les violences.          

Le chauffeur occasionnel, mis en examen et écroué pour deux viols de clientes à Lyon, n'utilisait pas l'application de transport entre particuliers Heetch, contrairement à ce qui a été indiqué dans un premier temps .La victime avait bien commandé un véhicule à la sortie d'une discothèque samedi soir, par l'intermédiaire d'une amie, mais cette course a été annulée .La jeune femme a choisi finalement de monter dans une autre voiture, celle du suspect.Ce dernier "ferait le taxi ou le VTC de façon clandestine", a confirmé une source proche de l'enquête.

Âgé d'une trentaine d'années, le suspect interpellé dimanche matin à Lyon est soupçonné d'avoir imposé un rapport sexuel à la victime après l'avoir raccompagnée chez elle. Les enquêteurs le suspectent aussi pour un autre viol commis à Lyon en janvier, selon "le même mode opératoire".L'homme mis en cause conteste les faits de viols et de violences, selon son avocate,Me Isabelle Crépin-Dehaene.

Les cofondateurs de Heetch, l'application concurrente de l'ex-UberPOP sur le créneau du transport entre particuliers, avaient fait part de leur consternation mardi à l'AFP, après l'annonce dans les médias de l'arrestation du chauffeur.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.