Covid 19 : en cas de confinement les librairies pourront rester ouvertes en Auvergne-Rhône-Alpes

Les librairies ont rejoint la liste des commerces dits essentiels et pourront rester ouvertes en cas de confinement le week-end, selon un décret publié vendredi 26 fevrier au Journal Officiel.

Les librairies vont pouvoir garder leur portes ouvertes même en cas de reconfinement les week-ends. Lyon, Octobre 2020.
Les librairies vont pouvoir garder leur portes ouvertes même en cas de reconfinement les week-ends. Lyon, Octobre 2020. © PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

 Dans toutes les communes concernées par le confinement le week-end, les librairies pourront ouvrir les samedis et dimanche entre 6H00 et 18H00, car elles sont considérées comme des commerces dits "essentiels".  Une décisision qui s'appliquera d'ores et déjà à Dunkerque et dans les territoires confinés des Alpes-Maritimes. 

Un décret du Journal Officiel a été publié le vendredi 26 fevrier 2021, dans un contexte de reprise de l'épidémie liée au Covid-19 et alors que le gouvernement réfléchit à d'éventuelle nouvelles restrictions dans vingt départements couvrant Paris, Lyon et Marseille, où les cas de coronavirus menacent de flamber.

A Oyonnax les clients viennent faire le plein au cas où 

"Une bonne nouvelle" pour Valérie FrèreJean de la librairie Buffet à Oyonnax dans l'Ain. L'information venant de tomber, ni elle ni ses clients, n'étaient encore au courant. La librairie fait donc le plein ce samedi matin car les lecteurs viennent se réapprovisionner en cas de nouvelle fermeture. " On a appris à travailler autrement, sur internet et en clic and collect mais il faut reconnaître que nous sommes essentiels, la lecture, les gens en ont besoin" explique la libraire, "mais je vais devoir vous laisser car j'ai du monde", tout juste le temps de nous dire qu'elle est satisfaite car tout à fait en mesure de faire attendre les clients dehors et de respecter les règles sanitaires dans sa boutique. 

" Ça fait un an presque jour pour jour qu'on se bat pour ça!" 

A Lyon, la librairie du tramway dans le 3e arrondissement a été prévenue la veille. Frédérique Pingault, la co-gérante est également membre du syndicat de la librairie française et du bureau de l'association Libraires en Auvergne-Rhône-Alpes . "On n'avait pas lâché le combat mais on n'y croyait presque plus", commente-t-elle, le ton toujours combatif, à la fois satisfaite et visiblement très surprise. "Ça fait un an qu'on se bat pour cela.C'est un geste politique, nous le savons, mais c'est aussi une victoire du collectif." Etre "enfin" considérés comme essentiels va permettre aux professionnels de ne pas perdre leur clientèle au profit d'internet. Car avec un couvre-feu à 18h et une fermetrure le samedi il serait impossible de répondre aux demandes en cas de reconfinement. 

La ministre de la culture confirme

Lors du confinement de novembre, les librairies avaient été autorisées à vendre sur leur seuil des ouvrages réservés par les clients en "click and collect". Mais elles ne pouvaient pas recevoir du public, car non considérées comme essentielles. Une mesure qui avait été unanimement dénoncée par les librairies, écrivains et éditeurs. 

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot s'est "félicitée" de la décision du gouvernement. "Les librairies sont des commerces essentiels. Cela n'a jamais fait aucun doute. Lors du deuxième confinement, la possibilité du cliqué-emporté et la gratuité des frais d'expédition des livres offerte aux libraires ont permis de maintenir leur activité", a-t-elle indiqué à l'AFP.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société confinement livres culture région auvergne-rhône-alpes politique