Covid-19. Quel lien entre la santé des hommes et celle des animaux de compagnie

La santé des animaux et celle des hommes sont étroitement liées. La covid 19 n'est pas une exception. Carinne Teyssandier a reçu Maria Halima Laaberki, docteure vétérinaire à VétAgro Sup, chercheuse en microbiologie au CIRI, spécialiste en zoonose.

Maria Halima Laaberki, docteure vétérinaire à VétAgro Sup, répond à vos questions sur les zoonose sur le plateau de Ensemble c'est mieux sur France 3
Maria Halima Laaberki, docteure vétérinaire à VétAgro Sup, répond à vos questions sur les zoonose sur le plateau de Ensemble c'est mieux sur France 3 © F. MARBET

La santé des animaux et des hommes sont étroitement liées. Cette pandémie de Covid-19 a révélé l’intérêt qu’il y aurait à les rapprocher. Carinne Teyssandier a reçu Maria Halima Laaberki, docteure vétérinaire à VétAgro Sup, chercheuse en microbiologie au centre international de recherche en infectiologie le CIRI (centre international de recherche en infectiologie) spécialiste en zoonose dans Ensemble c'est mieux lundi 22 février à 10h40. Elle lui a posé les questions que vous nous avez transmises via notre formulaire.

Est-ce que vous pouvez nous expliquer ce qu'est une zoonose ? 
Les zoonoses sont des maladies ou infections qui sont transmissibles des animaux vertébrés à l’homme. Et une autre partie de la définition qu'on oublie parfois, c’est que réciproquement, ce sont aussi des maladies ou infections que l'homme peut transmettre aux animaux. Cette définition de l'OMS - qui date quand même de 1959 - met en  lumière une particularité : on parle maladie ou infection. C'est-à-dire que l'animal peut : être malade, avoir les signes cliniques d'une maladie, être juste porteur de la bactérie ou du virus et ainsi transmettre potentiellement la mladie à l’homme. 

On parle beaucoup de la maladie des animaux, est-ce qu’on peut dire que les animaux sont en plus mauvaise santé que les hommes ? 
Alors les animaux sont en aussi mauvaise santé que les hommes, ou en aussi bonne santé que les hommes. Chaque espèce animale va avoir ses bactéries, ses virus propres, puis parfois ces bactéries et ces virus pourront être transmis à l’homme. Et on peut donc avoir des événements de transmission mais ça reste rarissime. 

Est-ce que l'expertise vétérinaire aurait pu être sollicitée dans le cas du Covid-19 ? Est-ce que les vétérinaires peuvent venir en aide à la population dans ces circonstances-là ? 
C'est une excellente question. Les vétérinaires ont participé pour ce qui est de la COVID-19, par le prêt de matérie. Notre établissement VetAgro Sup qui a prêté un certain nombre de réanimateurs et de concentrateurs d'oxygène pour les hôpitaux de Lyon Sud en l’occurrence.  

Lara de Saint-Etienne qui nous demande si "au lieu d’éternuer dans mon coude, j’éternue sur mon chat, dois-je le passer au gel hydroalcoolique ? "
Alors passer le chat au gel hydroalcoolique ça risque d'être un mauvais quart d'heure pour Madame. C'est vrai que cette question révèle effectivement l'inquiétude des propriétaires : est-ce que je peux donner la Covid à mon animal ? Alors il y a des études qui montrent qu’il y a parfois, effectivement, le passage depuis une personne malade ou juste potentiellement porteuse à son chat ou à son chien. Il y a eu plus d'études sur le chat et ils ont même développé des signes cliniques donc là c'est possible mais ce n'est pas la règle. 

Elodie du côté de Privas en Ardèche nous demande "si caresser le chien du voisin est une entorse aux gestes barrières ?"
Alors c'est une excellente question également, les animaux de compagnie, même s'ils ne sont pas porteurs du virus, si jamais effectivement on est nous-mêmes porteur du virus, qu’on caresse son chat ou son chien comme une poignée de porte, il peut transmettre le virus. Donc effectivement il faut respecter les gestes barrière et éviter de caresser le chat ou le chien d'une autre personne. 

Votre profession dépend du ministère de l’Agriculture, est-ce qu'il serait envisageable qu’à l’avenir vous soyez rattachés à celui de la santé ? 
C'est intéressant puisque ça rejoint le concept santé unique. Alors la santé unique c'est quand on considère qu’on a une seule santé. La santé animale et la santé humaine sont finalement intimement liées, et ce qui est intéressant, c'est qu'au niveau de l'Union européenne c'est les mêmes commissariats qui s'occupent des deux. Donc il y a déjà des liens qui sont faits. Ce qu'on peut espérer, ce n'est peut-être pas le même ministère, mais encore plus de coopération sur la gestion sanitaire. 

Est-ce qu'on peut imaginer un vétérinaire au conseil scientifique ? 
Alors là je vais faire l’annonce, effectivement maintenant il y a un vétérinaire au conseil depuis quelques jours. Il fait partie des 4 nouvelles recrues du conseil scientifique. C’est Thierry Lefrançois qui est vétérinaire mais également inspecteur en santé publique vétérinaire. Il a une très bonne connexion de la gestion des crises sanitaires. Et il est également directeur de recherche au centre Cirad qui est un centre de recherche pour l'aide au développement, qui connaît très bien la gestion de ces maladies qui passent de l'homme à l'animal dans les pays du Sud. C'est judicieux d’avoir la bonne personne à la bonne place. 

Les chiens ont-ils ont été les grands gagnants du confinement nos amis ?  
Il y a eu un engouement effectivement pour les chiens lorsque ça favorisait et autorisait les sorties. Ils sont également des acteurs au quotidien pour les personnes qui sont isolées. 

Comment à l'avenir peut-on mieux préparer l'apparition de zoonoses justement ? 
C’est une question à laquelle travaillent beaucoup de chercheurs. On peut identifier un certain nombre de réservoirs animaux qui sont potentiellement des hébergeurs de la prochaine pandémie. Ce qu’il faut savoir c'est que trois quarts des maladies émergentes humaines ont une origine animale. L'idée serait de ne pas faire cette mauvaise rencontre, parce que c'est toujours le fruit d'une mauvaise rencontre. Donc de ne pas détruire les habitats, de ne pas déplacer des équilibres naturels par le biais de la déforestation et la chasse d'animaux sauvages etc…
Et puis après il y a une pandémie qui est en train d'émerger tout doucement et sur laquelle il faut aussi envisager de manière très transversale à la fois pour la santé humaine et pour la santé animale mais également pour la santé des environnements qui est plus sur la résistance aux antibiotiques. Un ras de marée est en face de nous à ce niveau-là.

Ensemble c'est mieux du lundi au vendredi à 10h40 sur France 3 Auvergne Rhône-Alpes. 
Ensemble on vous répond c'est tous les lundis.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature coronavirus/covid-19 santé société