Covid : "Moins d'hospitalisations et de cas graves en Auvergne-Rhône-Alpes, grâce à la vaccination", selon une étude des HCL

Publié le
Écrit par Yannick Kusy (@yannkusy)

Une étude des HCL, publiée récemment, confirme scientifiquement l’impact favorable de la vaccination sur les hospitalisations et sur le nombre de cas graves.

L’équipe du Pr Philippe Vanhems, chef de service Hygiène, Epidémiologie, Infectiovigilance et Prévention au centre hospitalier Edouard Herriot (Hospices Civils de Lyon) vient de publier dans la revue scientifique « Vaccine », une étude démontrant l’impact favorable de la vaccination anti-covid sur la baisse des hospitalisations (- 98%) en Auvergne-Rhône-Alpes, pendant les 11 premiers mois de la campagne.

Selon le service de presse des HCL, cette étude, "réalisée sur les variants alpha et delta" avait pour objectif de rapporter l’impact de la vaccination COVID-19 depuis sa mise en place, sur des indicateurs épidémiologiques dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. 

Une baisse des hospitalisations

Ainsi, depuis la mise en place du vaccin début 2021 jusqu’au 15 novembre 2021, "l’équipe a observé en moyenne une baisse de 98% des hospitalisations dans la région AURA et une réduction de 21% de l’incidence de la COVID-19."

Le communiqué précise que ces résultats sont indéniablement favorables à la vaccination, même s'ils ne produisent pas une démonstration définitive. "Ils ne permettent pas de tirer de conclusion de causalité directe, mais tendent à suggérer une corrélation forte. Plus la couverture vaccinale est importante et plus on observe une réduction des hospitalisations."

Toutefois, ce résultat n’est pas lié exclusivement à la vaccination mais à la complémentarité et la synergie des mesures préventives (mesures barrières, couvre-feu, etc.) proposées à la population.

Une réduction des cas graves

Ces résultats confirment tout de même l’impact du vaccin sur la réduction des hospitalisations avec un effet moindre sur les taux d’infections. « Ce résultat était attendu, car les essais vaccinaux avaient comme objectifs prioritaires une réduction des cas graves et des hospitalisations », explique le Pr Vanhems.

Selon les HCL, ces données, dont l’obtention et la validation nécessitent des efforts humains et financiers importants, sont des sources d’information majeures pour le monde de la recherche en épidémiologie et pour la prévention.