Double greffe des bras : récit d'une prouesse chirurgicale par les Hospices Civils de Lyon

Neuf jours après sa double greffe bilatérale des bras, Félix Gretarsson se porte bien et souffre moins des suites de l'opération. Ce vendredi 22 janvier 2021, les Hospices Civils de Lyon ont réuni la presse afin de détailler cette prouesse chirurgicale réalisée le 13 janvier. En voici le récit.

Félix Gretarsson, âgé de 48 ans, a reçu le 13 janvier 2021 une double greffe des bras, réalisée au sein des Hospices Civils de Lyon
Félix Gretarsson, âgé de 48 ans, a reçu le 13 janvier 2021 une double greffe des bras, réalisée au sein des Hospices Civils de Lyon © HCL

Depuis un peu plus de 20 ans, les Hospices Civils de Lyon réalisent l'une des plus importantes séries de greffes bilatérales au monde. La dernière date du 13 janvier 2021. Ce jour-là, Félix Gretarsson reçoit une double greffe des bras. Ce vendredi 22 janvier, neuf jours plus tard l'équipe de médecins et de chirurgiens qui se tient face à la presse, préfère parler de prouesse, plus que d'une première mondiale. Pourtant, il s'agit bien là d'une première, car cette greffe bilatérale s'est accompagnée par la reconstruction totale de l'épaule sur un côté. "C'est la plus haute jamais réalisée jusqu'à ce jour", a également glissé le Pr Lionel Badet, le chef du service transplantation et coordinateur de l’opération.

Prouesse chirurgicale et... organisationnelle

Le 14 janvier 2021, cinquante personnes se sont mobilisées pour cette opération à l'Hôpital Edouard Herriot. Des professionnels des HCL, mais aussi des spécialistes venus du privé, qui ont travaillé de concert pendant quasiment 24 heures.
"Réunir du jour au lendemain, 50 personnes pendant 24 heures, en pleine crise sanitaire, c'est un truc de fou !", s'exclame le professeur Emmanuel Morelon.

durée de la vidéo: 00 min 42
Greffe bilatérale des bras aux HCL

Pour réaliser une telle opération, une greffe bilatérale des bras, il faut savoir que cela passe par deux grandes étapes préalables : le prélèvement des membres sur le donneur, un patient décédé, et parallèlement, la préparation du receveur, en l'occurrence Félix Gretarsson. La méthode nécessite de la cohésion, de la coordination et de la synchronisation, entre toutes les équipes de chirurgie.

durée de la vidéo: 00 min 34
Greffe bilatérale des bras aux HCL

L'opération de Félix Gretarsson a duré près de 15 heures. C'était un véritable challenge pour la quinzaine de chirurgiens, mais aussi pour les équipes d’anesthésistes. Le professeur Thomas Rimmele, chef du service anesthésie-réanimation, explique ainsi : "lorsque vous avez « retiré » les deux bras du donneur, avant de les vasculariser sur le receveur, il faut éviter l’ischémie. Privés d’oxygène, les tissus et les muscles génèrent des toxines et des déchets métaboliques dangereux. Nous avons utilisé un système de purification spécifique pendant cette transplantation".

Félix Gretarsson va-t-il retrouver l'usage de ses membres ?

"À ce niveau d’amputation des membres supérieurs, on ne peut pas espérer, et encore moins promettre, qu'une main fonctionne normalement. On n'est pas sûr qu'elle retrouve de la sensibilité. Alors, pourquoi le faire ? Parce que chez quelqu'un à qui il manque beaucoup, apporter un peu ... c'est beaucoup". Le docteur Aram Garazian nous rappelle tout l'enjeu humain de cette transplantation.  "L'objectif fonctionnel de cette transplantation, c'est d'arriver à une flexion active du coude", précise le chirurgien orthopédique. "Pour Félix, il n'est pas sûr d'être atteint". 

Neuf jours après l'opération, il est bien trop tôt pour savoir si Félix Gretarsson retrouvera l'usage de ses mains. L'Islandais venu s'installer à Lyon en 2013 pour se préparer à cette chirurgie, a attendu près de cinq ans, un donneur compatible. Aujourd'hui, Félix se porte bien. "Il souffre moins des suites opératoires", a confié sa femme, Sylwia, présente à cette conférence de presse.
"Je remercie tous les médecins, les infirmiers, les aides-soignants, les kinés... à tous, je leur exprime toute ma reconnaissance", déclare Félix depuis son lit d'hôpital, dans un message enregistré par les HCL. 

durée de la vidéo: 01 min 05
Greffe bilatérale des bras aux HCL

"Une longue période de rééducation attend désormais Felix Gretarsson", a expliqué le professeur Lionel Badet. Le chef du service transplantation et coordinateur de l’opération a lui-aussi insisté sur l'incertitude qui plane sur "les résultats fonctionnels" de cette transplantation. "Et ce n'est pas une question de semaines ou de mois, mais d'années", a-t-il déclaré.

Sylwia, l’épouse de Félix, n'était pas aussi enthousiaste que son mari à l'idée de cette greffe. Mais aujourd'hui, voici ce qu'elle nous a confié : "je vois cette lumière dans les yeux de mon mari, j'y vois vraiment beaucoup d'espoir, et je suis extrêmement heureuse pour lui".

durée de la vidéo: 00 min 33
Greffe bilatérale des bras aux HCL

 

L'importance du don

Cette double greffe s’inscrit dans le cadre d'un programme de recherche intitulé DAMIE, pour Double Allogreffe des Membres supérieurs : Intervention et Evaluation clinique. Ce programme est coordonné par le Pr Lionel Badet. Le chef du service transplantation a profité de ce rendez-vous devant la presse pour rappeler, ce qui pourrait paraitre comme une évidence : "sans donneur, pas de greffe".

durée de la vidéo: 00 min 28
Greffe bilatérale des bras aux HCL

L’ensemble des équipes impliquées dans ce projet ont rappelé l’importance cruciale du don dans toute activité de transplantation, car il existe une pénurie d'organes et de tissus de tous types. "Le prélèvement de bras est exceptionnel" indiquent les HCL. Cette greffe "non vitale" et l'aspect "mutilant" du don peuvent être des freins.  "Mais le don est un élément pivot du progrès de la médecine, notamment dans le domaine de la transplantation. Sans don d'organe, on ne peut pas progresser".

durée de la vidéo: 05 min 08
Greffe bilatérale des bras (HCL)

Félix Gretarsson est aujourd'hui âgé de 48 ans. Et à un jour près, 21 ans après son accident sur une ligne haute-tension en Islande, il a été greffé des deux bras, à Lyon. Il a attendu cette opération pendant des années. Sans doute en faudra-t-il encore quelques-unes, avant que Félix n'entame une seconde vie avec ses nouvelles mains.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société exploit innovation économie