Cet article date de plus de 3 ans

Pourquoi partir en Irak avec les associations lyonnaises engagées sur place ?

Edito : une de nos équipes s'est intéressée pendant plusieurs semaines au sort de milliers de réfugiés chrétiens accueillis à Lyon ces dernières années. Après avoir rencontré familles et associations à Lyon, Sylvie Cozzolino, notre envoyée spéciale, a rejoint l'Irak. 
Il y a quelques semaines de cela mes collègues (et complices) Thierry Swiderski, Francis Bernès et moi-même avons réalisé une série de reportages sur les chrétiens d’orient.

Etonnante plongée dans l’univers de l’humanitaire, touchantes rencontres avec des familles démunies et ô combien courageuses.

Quand la fondation Mérieux a proposé de venir constater sur place l’avancée de leurs initiatives et celles d’autres associations lyonnaises… on a tenté le coup.

L’Irak ce n’est évidemment pas n’importe quelle destination. Pendant plusieurs jours, on s’est pris la tête sur la sécurité, le plan de route, les joies d’être « embedded », embarqués c'est à dire intégés aux équipes sur place.

En Irak,  on ne va pas où on veut quand on veut. Et comme nous sommes têtus comme des journalistes peuvent l’être, on borde de tous les côtés pour pouvoir vous ramener des témoignages, des histoires d’hommes, de femmes et d’enfants sans se faire piéger.

Pour des raisons évidentes, nous ne vous en dirons pas plus mais nous vous ramènerons chaque jour des images d’un pays qui tente de cicatriser ses blessures.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société international humanitaire monde solidarité