Épisode de froid : "Température ressentie", qu'est-ce que cela veut dire au juste ?

Alors que la France connaît un épisode de froid en cette deuxième semaine de janvier, la notion de "température ressentie" est parfois utilisée pour décrire les conditions météorologiques. Mais que signifie-t-elle ? Un météorologue lyonnais nous éclaire.

"Aujourd’hui, il fera 0°C, ressenti -6." Voilà ce que vous avez pu entendre ce lundi 8 janvier 2024 en allumant votre radio ou votre télévision alors qu'un épisode de froid touche le pays. Est-ce que cela signifie qu'il fera comme s'il faisait -6°C ? Pas exactement.

Romain Weber est météorologue pour Lyon Météo. Il nous explique ce que veut concrètement dire cette notion de température ressentie. "Elle est utilisée à deux moments dans l'année, selon qu'il fasse très chaud ou très froid. Pour le premier cas, on se base sur la température et le taux d'humidité. Pour l'autre, sur la température et la vitesse du vent, ce qui va donner le refroidissement éolien."

Un indice, pas une nouvelle température

Grâce à une formule mathématique complexe, il est donc possible grâce à ces deux indicateurs de déterminer une température ressentie. "D'ailleurs, c'est un indice et non une température. Il n'y a pas d'unité derrière. On dit simplement 'ressenti -4' et pas 'ressenti -4°C'. Donc ce n'est pas exact de dire qu'il fait 'comme s'il faisait -4°C'", fait remarquer Romain Weber.

Cet indice a été créé en Amérique du Nord, là où les températures hivernales sont bien plus extrêmes qu'en France, pour des questions de santé publique. "Sur notre peau, on a une petite couche d'air qui va être balayée par le vent qui va rentrer en contact direct avec notre peau. Ainsi, notre peau s'assèche et notre organisme va refroidir. Ce qui peut occasionner des gelures", explique le météorologue.

Le danger du mélange chaleur/humidité

On estime que ces risques de gelures et d'hypothermie interviennent quand cet indice atteint les -25, ce qui est extrêmement rare en France. "Ça fonctionne aussi dans l'autre sens, et la France est plus concernée ici. En cas de fortes chaleurs, quand l'humidité est très importante, l'indice s'envole. Par exemple, s'il fait 29°C avec un taux d'humidité de 90%, on aura un ressenti de 39. Et ça peut être très dangereux, surtout pour les personnes qui travaillent en extérieur, parce que le corps ne peut plus se rafraîchir", continue Romain Weber.