• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Gilets jaunes : 3 questions à un coordinateur lyonnais au neuvième samedi de mobilisation

Lionel Dandel, coordinateur des Gilets Jaunes Bellecour lors d'une action à la Confluence (Lyon) le 22 décembre 2018 / © C.Conxicoeur
Lionel Dandel, coordinateur des Gilets Jaunes Bellecour lors d'une action à la Confluence (Lyon) le 22 décembre 2018 / © C.Conxicoeur

Depuis neuf semaines sans exception, il arrive le samedi matin place Bellecour à Lyon. Lionel Dandel, coordinateur des Gilets Jaunes Bellecour, explique comment le mouvement se structure au quotidien et énumère toujours les mêmes revendications. 

Par Alexandra Marie

Quel est votre état d'esprit au bout de neuf semaines de mobilisation? 

"Déterminé! On va marcher comme d'habitude rue de la République. Puis on rejoindra cet après-midi, la marche silencieuse entre Gerland et Hôtel de ville en passant par Guillotière. C'est une marche en hommage aux morts et aux blessés depuis le début du mouvement. Personne n'en parle. Et on nous traite de tous les noms. Homophobe, xénophobe...on a le droit à tout. On veut marcher pacifiquement." 

Mais au delà des manifestations, quelles sont vos objectifs? 

"On se réunit toutes les semaines en assemblées. Contrairement à l'image véhiculée, nous ne sommes pas que des gens du bas. On est sur la même longueur d'ondes avec des ouvriers, des cadres, des ingénieurs, des architectes." 

Il s'interrompt dans son explication : "Il y a des américains là bas, ils nous prennent en photos. On a souvent des touristes qui se posent plein de questions et qui viennent nous parler. Je suis stupéfait aussi par les réactions des habitants du 2e arrondissement de Lyon, plutôt aisés. Il y en a souvent qui viennent nous dire quelques mots pour nous soutenir, ou nous donner de l'argent. Ce matin, on est venu m'apporter 50 euros, il faut que je les rajoute à la cagnotte" 

Et vos revendications? 

Toujours les mêmes! Le Référendum d'Initiative Citoyenne, la création d'emplois et l'augmentation des salaires. 
Et depuis le début on est très clair : le départ de M.Macron. 

 

Sur le même sujet

A Clermont-Ferrand, la ministre de la justice fait le point sur la politique de la protection de la jeunesse

Les + Lus