Grève contre la réforme des retraites : réquisition du personnel pour une reprise de la navigation sur le Rhône

Des dizaines de bateaux ont été empêchés de naviguer entre Marseille et Lyon suite à la grève du personnel affecté à deux écluses sur le Rhône contre la réforme des retraites. Un bras de fer est engagé sur le terrain judiciaire et des réquisitions ont été ordonnées.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

De nombreux salariés grévistes qui devaient assurer des travaux de maintenance sur les écluses de Reventin-Vaugris (Isère) et de Bollène (Vaucluse) à partir du 5 mars, sont en grève, pour protester contre la réforme des retraites. Résultat : la navigation sur le Rhône n'a pas pu reprendre comme prévu le 16 mars.

Selon la CGT, les taux de grévistes au sein des services opérationnels de la vallée du Rhône ont atteint jusqu'à 70% depuis le début du mouvement contre la réforme des retraites. Et selon un recensement effectué le 28 mars par la Compagnie Nationale du Rhône (CNR), en charge de la gestion fluviale, 45 bateaux sont restés à quai. 

Piquets de grève levés et réquisition

Deux piquets de grève ont été installés sur ces écluses, mais ils ont été levés mercredi et jeudi 6 avril 2023 suite à des requêtes en référé de la CNR, a annoncé la CGT qui, dans un communiqué, a accusé la direction de s'en prendre aux salariés par voie judiciaire.

La CGT affirme dans un communiqué que malgré la levée du piquet de grève le 6 avril, "la direction CNR s’est révélée incapable de remettre en route la navigation sur le Rhône du fait du manque de personnel disponible. Comme nous l’avons toujours affirmé, il n’y a jamais eu de piquet de grève bloquant à Reventin-Vaugris mais une incapacité de finir les travaux du fait des salariés utilisant leur légitime droit de grève."

Le combat judiciaire est ardu puisque le 7 avril, "le tribunal administratif a prononcé un non-lieu dans le cadre de la procédure visant sept salariés CNR présents sur le piquet de grève. Cette procédure visant à sanctionner l’occupation du domaine public "sans droit ni titre" n’avait plus d’objet suite à la levé du piquet de grève".

Le 8 au matin, le préfet de l’Isère a prit un arrêté de réquisition des salariés au titre de l’article L.2215-1 du code des collectivités territoriales. 22 salariés sont nominativement réquisitionnés pour permettre la remise en service de l‘écluse au 9 avril 2023.

Mais d'après une compagnie de fret naviguant sur le Rhône que nous avons contactée, la reprise du trafic fluvial ne serait pas attendue avant le 16 avril. 

En lutte pour conserver le régime spécial des salariés de l'énergie

Les salariés de la CNR sont concernés par la remise en cause du régime spécial des salariés de l'Energie. "C'est la double peine : en plus de l'allongement de la durée de cotisation, le régime spécial est remis en cause pour les nouveaux embauchés. On craint par effet domino la disparition totale du statut", explique Hervé Laydier, délégué syndical CGT. L'intersyndicale doit se réunir le mardi 11 avril prochain.

La CNR, qui compte 1.414 employés, est le premier producteur français d'électricité d'origine 100% renouvelable et le concessionnaire à vocation multiple du Rhône, de la frontière suisse à la mer Méditerranée. Quelque 3,55 millions de tonnes de marchandises sont transportées entre Lyon et la Méditerranée chaque année.