"Déterminé comme Adolf dans les années 30" paroles antisémites, apologie du terrorisme, le rappeur Freeze Corleone interdit à Lyon

Un arrêté préfectoral a été pris visant à interdire le concert de Freeze Corleone le samedi 17 février à la Halle Tony Garnier. Un recours a été déposé par les avocats de l'artiste pour tenter de maintenir l'évènement.

Les autorités ont interdit les concerts prévus à Nantes, Lille et désormais à Lyon du rappeur Freeze Corleone, visé par une enquête pour "apologie du terrorisme". La préfecture du Rhône a interdit le concert initialement prévu à la halle Tony Garnier à Lyon. Ce concert est donc considéré par les autorités comme présentant "des risques sérieux de trouble à l'ordre public", a écrit la préfecture dans son arrêté.

La préfecture cite par notamment le titre "Bâton Rouge" et ses paroles "J'arrive déterminé comme Adolf dans les années 30". Nombre des titres de l'artiste controversé contiennent des propos complotistes et ouvertement antisémites, empreints d'admiration pour la personne d'Adolf Hitler et du IIIe Reich" estime la préfecture du Rhône. 

Les avocats du chanteur de 31 ans ont décidé de contester ces décisions préfectorales devant la justice en début d'après-midi le jeudi 15 février 2024 à Lyon, deux jours avant son concert à la halle Tony-Garnier.
"Freeze Corleone n'a jamais connu de condamnation pénale et ses précédents concerts se sont toujours déroulés dans le calme", a réagi son avocat, Me Sanjay Mirabeau, auprès de l'AFP.

Déjà plusieurs interdictions 

La préfecture du Rhône relève aussi "des références antisémites et faisant l'apologie du nazisme" lors d'un concert à Paris en novembre. Freeze Corleone (Issa Lorenzo Diakhaté de son vrai nom) avait déjà fait l'objet en 2020 d'une enquête, finalement classée sans suite, pour "provocation à la haine raciale" après des clips contenant des paroles telles que "J'arrive déterminé comme Adolf dans les années 30" ou "Tous les jours RAF (rien à foutre) de la Shoah".
Dénonçant des "propos racistes inacceptables", son label Universal Music avait alors annoncé la fin de "toute collaboration" avec le rappeur, mais son équipe a assuré mardi qu'il était toujours sous contrat.

Me Sanjay Mirabeau compte mettre en avant jeudi devant la justice que les chansons incriminées ne font pas partie du tour de chant de son client. Soit parce qu'elles sont "très anciennes", soit, concernant "Haaland", parce qu'elle "appartient à un album de Luciano".
Plusieurs préfectures ont interdit ces derniers mois des concerts de Freeze Corleone. La justice administrative a finalement permis la tenue de deux concerts au Zénith de Paris en novembre, mais a validé l'interdiction d'un autre près de Nantes en décembre.
Celui-ci est pour l'heure reporté au 28 février en attente d'une décision du Conseil d'Etat. Ce même Conseil d'Etat avait fini par autoriser le rappeur à se produire à Rennes en mars dernier, en dépit d'une autre interdiction.