L'autre Bernard Pivot, amateur de vins et ami des chefs lyonnais

Le présentateur d'émissions culturelles et écrivain Bernard Pivot, décédé ce lundi 6 mai, était aussi amateur des plaisirs du vin et de la gastronomie. Proche des milieux viticoles et gastronomiques lyonnais, il signait chaque année une cuvée qui conserve son nom.

Du bon mot... À la bonne table. Le présentateur d'émissions culturelles et écrivain Bernard Pivot, décédé ce lundi 6 mai, était aussi un grand amateur de vins et de gastronomie lyonnaise. Fidèle à ses origines, il était devenu l'ami des grands chefs et viticulteurs de sa région.

Une cuvée à son nom

Bernard Pivot affectionnait tant le vin qu'il était lui-même propriétaire d'un petit terrain de vignes autour de sa maison de Quincié-en-Beaujolais. À partir de 1989, une cuvée spéciale porte même son nom : chaque année pendant près de 30 ans, il participait à un jury chargé de désigner sa cuvée parmi une douzaine d'échantillons. À ses côtés, des personnalités de la gastronomie comme les chefs Têtedoie, Troisgros, ou encore le sommelier Georges Blanc, avec qui il a noué des amitiés. Jean-Luc Chagny, maître de chai à la cave coopérative de Quincié, raconte : "il était un homme discret, simple et abordable. Au départ, il ne voulait pas d’une cuvée à son nom pour ne pas faire de l’ombre à son frère viticulteur..." Depuis trois ans, son état de santé ne lui permettait plus de partager la table du jury. Mais Bernard Pivot prenait régulièrement des nouvelles des récoltes, du millésime… Et la cuvée à son nom a acquis une réputation de vin de garde.

Habitué des bouchons

Longtemps, Bernard Pivot a gardé ses habitudes dans certains liens mythiques de la gastronomie lyonnaise. Au point de devenir ami avec des chefs étoilés comme Paul Bocuse, Jean-Paul Lacombe, Christian Têtedoie ou Pierre Orsi. Chaque année, Bernard Pivot revient dans les bouchons lyonnais, amateur de simplicité plutôt que de raffinement. "Il était plus cuisine bistrot que gastro", résume Christian Têtedoie. "Il nous racontait des histoires, nous amusait avec des blagues, et cherchait toujours le bon commentaire pour désigner un vin. C'était un homme joyeux", raconte le chef étoilé.

Le chef étoilé Jean-Paul Lacombe confie de son côté avoir "beaucoup de peine" en apprenant la disparition d'un homme pour lequel il éprouve "une grande admiration et estime". Bernard Pivot avait préfacé un de ses livres, rendant hommage à son art. Enfin, Bernard Pivot appréciait la mythique Brasserie Georges, où il allait dîner, enfant, avec ses parents.

Voir ou revoir notre édition spéciale du 6 mai sur France.tv.