L'enseigne de lingerie Maison Lejaby reprise par un montage franco indonésien, seule la moitié des emplois sera préservée

Nouvel épisode dans le déclin d'une marque française emblématique : l'enseigne de lingerie Maison Lejaby, placée en redressement judiciaire en janvier, a été reprise par un montage franco indonésien mais seulement 50% des emplois seront préservés.

Le tribunal de commerce de Lyon a indiqué à l'AFP avoir statué le 7 mai dans ce dossier.

Il a choisi l'offre de reprise déposée par une société composée du groupe indonésien Mirae et de la société française GC Consult, a précisé à l'AFP Olivier David, secrétaire du CSE (comité social et économique) et représentant CFDT de Maison Lejaby.

Candidat "le mieux disant"

Face à d'autres candidats, ce repreneur "était le mieux-disant par rapport à la pérennité de la société et la reprise des effectifs", a-t-il indiqué, précisant que 24 salariés allaient être repris sur 49. Le montant de la cession est de 453.000 euros. La réorganisation devrait concerner tous les secteurs d'activité au siège à Rillieux-la-Pape (Rhône), dans les magasins à Paris et Lyon et dans les corners de grands magasins, selon la même source.

Depuis le 8 mai, les nouveaux repreneurs sont au siège pour prendre possession des lieux. Ils "veulent travailler "à façon" comme on faisait auparavant.

Pour l'instant, ils ne veulent pas changer le lieu de production qui était chez Isatex, un groupe tunisien, a indiqué M. David.

Fin d'un fleuron français

Maison Lejaby, qui a lancé ses premiers soutiens-gorge en 1930 et s'était hissée à la fin des années 1960 à la deuxième place de la lingerie française, avait été placé en liquidation judiciaire en 2011.

Devenue symbole du "made in France" en péril, lors de la campagne présidentielle de 2012, l'enseigne avait alors été reprise par Alain Prost (ex-PDG de l'italien La Perla et ancien directeur général de Chantelle) qui avait conservé 195 salariés sur les 450 que comptait l'entreprise.

Environ trois ans plus tard, l'entreprise, touchée par la crise en Russie et en Ukraine qui représentaient alors 30% de son chiffre d'affaires (28 millions d'euros), avait dû supprimer 30% de ses effectifs. L'entrepreneur investisseur Thierry Le Guénic avait ensuite acquis l'enseigne en 2019.

Maison Lejaby n'est pas la seule société rachetée par Thierry Le Guénic à avoir subi un funeste sort. Il avait également repris en 2020, Habitat, placée en liquidation judiciaire le28 décembre 2023, la marque d'habillement Burton of London, en redressement judiciaire et qui n'a pas trouvé de repreneur.