La fusion entre Oullins et Pierre-Bénite a été adoptée, non sans remous

Mercredi soir, 8 novembre, la fusion entre Oullins et Pierre-Bénite a été adoptée à l'occasion d'un vote simultané au sein des conseils municipaux des deux communes. Un vote dans une ambiance particulièrement tendue à Oullins.

Mercredi soir, 8 novembre, les communes d’Oullins et de Pierre-Bénite votaient leur projet de fusion. Cette "création d'une commune nouvelle par regroupement" ne va pas sans grincements de dents, notamment à Oullins.

Manifestants anti-fusion à Oullins...

"Ce qui me dérange, c'est le déni de démocratie. Quand on fait confiance aux électeurs, on en parle avant... Et on ne se fait pas élire sur quelque chose qui n'était pas dans le projet", déclare une habitante mécontente, venue protester sur les marches de l'Hôtel de Ville. 

À l'heure du vote, ils étaient plus d'une centaine, pancartes à la main, rassemblés mercredi soir à l'appel de la CGT, devant la mairie d'Oullins, à quelques minutes de la tenue du conseil municipal. De petites pierres tombales au nom de la commune d'Oullins, de la démocratie locale et de la proximité avec les services publics, avaient également été installées sur les marches de l'hôtel de ville.

Ces habitants entendaient protester contre le projet de fusion avec la commune voisine de Pierre-Bénite et dénoncer un manque de concertation. Des manifestants ont réussi à investir la salle du conseil pour mieux se faire entendre. Pour la maire LR, Clothilde Pouzergue, cette opposition était jugée marginale.

"Ça fait des mois qu'on travaille sur le sujet, qu'on travaille en concertation avec les habitants et on sait qu'on a beaucoup de gens qui sont convaincus (...) On a des milliers de gens qui sont pour ce projet. On entend beaucoup les opposants, ils ont su se rassembler, se mobiliser. On entend moins les gens qui sont convaincus, ce sont les gens qui sont convaincus qui me poussent à prendre cette résolution",
a déclaré Clotilde Pouzergue. 

... et vote à huis clos

L'élue était bien décidée à faire voter le texte concernant la fusion malgré une ambiance agitée. À tel point qu'après deux suspensions de séance, la maire a opté pour la manière forte : c'est un vote à huis clos qui a été décidé et les manifestants ont été évacués de la salle du conseil municipal par les forces de l'ordre. 

Cette intervention des forces de l'ordre a mis un terme à la publicité des débats au grand dam des manifestants et du député centriste de la 12ᵉ circonscription du Rhône, Cyrille Isaac-Sibille. Le parlementaire a dû quitter la salle, comme les autres. "Je suis les débats, je suis pour que chacun puisse s'exprimer. Ceux qui veulent un huis clos, ce n'est pas normal ! (...) Il faut que le débat se tienne", a déclaré le député centriste. 

"La démocratie, c'est un système qui est compliqué, qui est lent, qui est pénible, qui est long, qui peut être agité et bruyant. Mais c'est le débat. Il vaut mieux des débats longs, lents et agités qu'une décision prise à huis clos."

Pierre-Bénite : un vote express dans le calme

Au même moment, à deux kilomètres de là, le calme règne devant la mairie de Pierre-Bénite, malgré la mobilisation de quelques manifestants, l'édile a bouclé son conseil en à peine plus d'une heure. Presque une formalité. Pour Jérôme Moroge, le maire (LR) de Pierre-Bénite, c'est "l'aboutissement de plusieurs mois de concertation".

"J'ai l'impression qu'il y a une opposition qui n'est pas si nombreuse à Oullins, mais c'est très organisé, mené par un certain nombre de partis politiques, les composantes de la Nupes", affirme l'édile. "Les Pierre-Bénitains ont bien compris tout l'intérêt du projet et qu'on ne perdrait pas notre identité", ajoute l'élu.
Et ce dernier l'assure : "on aura toujours nos deux maires des communes déléguées". Né d'une volonté des élus des deux villes, Clotilde Pouzergue et Jérôme Moroge, ce projet de fusion a pour objectif de peser davantage démographiquement dans le Grand Lyon. Avec près de 37 000 habitants, la future commune figurera ainsi dans le top 10 des communes de la métropole.

Mercredi soir, le conseil municipal d'Oullins a finalement validé — lui aussi — ce projet de fusion. La préfecture du Rhône devra également officialiser ce mariage. Les deux conseils se retrouveront le 6 janvier prochain pour élire le maire de la commune nouvelle. D'ici là, l'opposition compte déposer plusieurs recours. 

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité